Olivier Azpiroz, Directeur commercial et Internet, Le Petit Futé, ISCOM 1994

Mes années ISCOM : " je retiens l'aspect concret de la formation, notamment par le biais des stages. Mais je n'oublie pas mon expérience de trésorier du BDE ! "

Après son baccalauréat, Olivier Azpiroz a rejoint l'ISCOM pour son BTS Communication, puis a directement été embauché par son agence de marketing à l'issue de son stage de deuxième année. Avant de prendre en charge la direction commerciale du Petit Futé, Olivier Azpiroz a travaillé dans l'événementiel, lancé une régie publicitaire avec un ancien de l'ISCOM puis travaillé en tant que directeur commercial d'un grand groupe de presse ...

 

 

 

Qu'est-ce qui vous a attiré vers la communication ?

Enfant, j'ai baigné dans l'univers de la communication, ma mère travaillant elle-même au service communication d'une grande entreprise automobile. La formation de l'ISCOM correspondait à ce que je souhaitais faire.

 

Quel est votre poste actuel ?

Aujourd'hui je suis directeur commercial et directeur Internet du Petit Futé, 3ème éditeur de guides en France. Je gère les 100 commerciaux qui vendent la publicité sur nos guides et nos sites Internet et je manage l'équipe web et téléphonie mobile.

 

Quels sont vos projets futurs au sein du Petit Futé?

Nous avons actuellement 10 applications mobiles sur des villes européennes, une application France et 250 guides feuilletables. Nous totalisons actuellement plus de 4 000 000 téléchargements sur Itunes.
Nos futurs projets sont davantage basés sur le déploiement d'applications sur tous les types de téléphones.

 

A l'origine, le Petit Futé est un guide papier ; quelle est la valeur ajoutée de son site Internet ?

Le site Internet a deux aspects. Outre la partie tourisme, nous avons une partie city guide (guide de consommations locales).
Nous référençons 180 000 adresses en France. La consultation de ces établissements est en majeure partie réalisée par des internautes locaux qui cherchent par exemple dans quels restaurants se rendre pour dîner...

 

Que faut-il pour être un bon directeur commercial ?

Je dirai qu'il y a deux phases ; la première : la gestion des hommes, c'est à dire tout ce qui concerne le management, l'écoute et la compréhension des équipes. La deuxième chose, c'est la partie développement de la stratégie commerciale. Je pense qu'il faut vraiment être polyvalent sur les deux aspects du poste...