Jean-Patrick Meunier, Responsable de développement chez Visiperf, ISCOM 2005

Avec un bagage en publicité, des études à l’ISCOM et une expérience en entrepreneuriat, Jean-Patrick Meunier – alumni, promo 2005 - est aujourd’hui Responsable de développement partenaire au sein de la start-up Visiperf.

Pouvez-vous vous présenter ?

 

Je m’appelle Jean-Patrick Meunier, je suis un alumni de la promotion 2005 de l’ISCOM de Strasbourg.

 

Passionné de marketing et de stratégie, j’ai construit mon plan de carrière autour de la création d’entreprise et du développement d’entreprises.

 

Aujourd’hui, je suis conseiller en référencement et e-marketing pour la start-up Française Visiperf, située dans l’est de l'hexagone.

 

 

Pourquoi avez-vous choisi de faire des études de communication à l’ISCOM ?

 

La communication m’a toujours attiré et je suis passionné de publicité. Si bien que je collectionnais les affiches de publicité lorsque j’étais plus jeune.

 

Après une 1ère année en école de communication à Lyon, j’ai souhaité me rapprocher de l’Alsace, ma région d’origine. Je voulais absolument continuer en communication et l’ISCOM de Strasbourg était LA grande école de communication de la région Est. J’ai donc intégré l’ISCOM en 2005, au sein d’une formation qui me plaisait et avec des cours donnés par des intervenants qualifiés.

 

 

Après plusieurs années d’expérience, vous décidez de vous lancer dans l’entrepreneuriat. Pourquoi ?

 

Je pense être arrivé sur le marché du travail à un moment où il y a eu une transition dans la communication, entre le statut de vendeur de publicité et le statut d’accompagnateur/de conseiller.

 

Pour ma part, j’avais réellement envie d'être dans le conseil. Après quelques expériences en agences de publicité, j’ai décidé d’exercer seul. Parmi les professionnels que je rencontrais, nombreux étaient ceux qui me demandaient des conseils stratégiques pour leur entreprise.

 

Ces sollicitations m’ont donné envie de me lancer. Mon bagage culturel acquis à l’ISCOM associé à mon expérience professionnelle, j’avais toutes les clés en main pour me lancer.

 

J’ai décidé d’ouvrir une entreprise de conseil en stratégie où je travaillais en direct avec tous les organismes officiels de l’État. Mon travail était de m’intégrer à l’équipe de création de l’entreprise, puis de les conseiller sur l’élaboration d’études avec des stratégies, du marketing mix, des recherches de financement. 

 

 

Que retenez-vous de vos expériences en agence ?

 

La persévérance car ce n’est pas un métier facile, il faut avoir la hargne. Il faut mettre de côté le relationnel et se concentrer sur le commercial.

 

 

Selon vous, quelles sont les qualités requises pour devenir entrepreneur ?

 

L’entrepreneuriat n’est pas une simple occupation ou un passe-temps.

 

Lorsque l’on ouvre un commerce ou une entreprise, on sacrifie volontairement une partie de sa vie. On sacrifie du temps mais aussi la possibilité de toucher un salaire car, dans un premier temps, il faut investir dans son entreprise. Entreprendre est à la portée de toute personne qui a une passion et une très grande motivation

 

Entreprendre c’est faire des rencontres, développer son réseau mais surtout exercer dans un domaine qui nous passionne.

 

 

A l’ISCOM, nous encourageons l’entrepreneuriat à travers des formations. Quels conseils donneriez-vous à un étudiant qui souhaite créer son entreprise ?

 

Entreprendre lorsqu’on est jeune est la meilleure chose à faire. Quand on entreprend, il y a deux issues possibles :  soit le projet fonctionne, se développe vite et s’enrichit, soit on ne se trompe pas mais on apprend.  

 

Il est également plus avantageux d’entreprendre lorsque l’on est jeune car nous n’avons pas de prêt immobilier sur le dos, pas de foyer à gérer donc moins d’enjeux. 

 

Entreprendre vous permettra de gagner en sérieux, en lucidité et en autonomie. Tout cela s’intègre en quelques mois seulement, quand un employé profitera de ces bénéfices en dix ans. L’entrepreneuriat construit un individu et son projet, tout autant que l’école.

 

 

Aujourd’hui, en quoi consiste précisément votre métier ?

 1080X1080 generique FB

Désormais, je suis responsable de la stratégie de centaines d'entreprises Françaises qui sollicitent la start-up Visiperf, qui travaille elle-même en partenariat avec La Poste et Mediapost. Pour eux, nous gérons les campagnes digitales.

 

Je suis chargé de conceptualiser des stratégies de communication axées sur le digital. Je travaille avec tous les outils permettant de créer et de gérer des campagnes de communication en ligne sur l’ensemble des médias webmarketing.

 

Notre agence fait le lien entre les produits de Google et les commerciaux qui sont sur le terrain en France et qui travaillent pour la Poste et Mediapost. 

 

Mon travail est de répondre à des études de cas. Mon équipe et moi analysons des cibles, vérifions des positionnements et réalisons du benchmarking pour des grands groupes.

 

Nous réalisons un audit complet par positionnement et fournissons à nos clients des préconisations complètes de marketing, en leur montrant notre savoir-faire tout en répondant à leurs besoins. Aujourd’hui, je construis des stratégies webmarketing pour des grandes entreprises en collaboration avec La Poste, Carglass, Coca-Cola, etc.

 

 

1080x1080px wraps FBPourriez-vous nous décrire une journée type ?

 

Je m’occupe du conseil donc une grande partie de mon temps est consacré aux échanges et au suivi avec les équipes de La Poste. 

 

Il y a 150 commerciaux qui travaillent sur le terrain, répartis en 8 cellules. Après réception d’un dossier, je l’analyse avec mes équipes. Une stratégie est élaborée puis proposée à La Poste.

 

 

Quelles sont les clés pour conseiller au mieux les marques ?

 

Il faut savoir mettre la bonne distance entre le client et soi. Il faut écouter les besoins du client et répondre au maximum à ses objectifs afin de pouvoir l’aider à développer son activité. En entreprise, on est systématiquement dans une logique de développement. 

 

Lorsque le client a exprimé ses objectifs, il faut lui expliquer comment nous allons l’accompagner avec les outils dont nous disposons.

 

Le meilleur conseil que je pourrais donner est de savoir écouter, apprendre à synthétiser un parcours stratégique et enfin vouer un culte à ses outils de travail.

 

 

À partir de quel moment peut-on estimer que la stratégie élaborée a fonctionné ?

 

Une stratégie fonctionne à partir du moment où nous dégageons des résultats. Concrètement, nous devons justifier avec des chiffres que la stratégie a permis le développement de l’entreprise.

 

C’est aussi lorsque le client nous rend visite pour remercier l’ensemble des experts mobilisés que l’on sait que la stratégie a été une réussite pour l’entreprise.

 

 

Parmi toute vos collaborations, laquelle considérez-vous comme votre plus grande réussite ?

 

C’est assez compliqué mais je dirais que sur les derniers mois, la plus belle réussite c’est notre collaboration avec le Parc du Petit Prince

 

Nous avons signé un contrat de 25 000 euros pour la gestion de leur communication à l’année ainsi qu’un contrat lié à la refonte de tout leur site internet. Ils nous ont confié la gestion de toute leur stratégie digitale.

 

La véritable réussite c’est lorsque la personne avec qui vous avez géré le projet reprend contact avec vous parce qu’elle souhaite vous proposer une nouvelle collaboration.

 

Notre relation passe ainsi d’une relation expert/client à une relation de collaborateurs où l’on échange ensemble sur de nouvelles idées.

Dernière modification le lundi, 24 février 2020 14:56