Florian Valvatte, Content Factory Lead Manager chez Microsoft France, ISCOM 2012

Alumni promotion 2012, Florian Valvatte a toujours été attiré par la création et le digital. Il revient sur son parcours et présente son poste actuel de Content Factory Lead Manager chez Microsoft France.

 

Pouvez-vous nous présenter votre parcours ?

florian valvatte

 

Lorsque j’ai intégré l’ISCOM, j’ai débuté avec la spécialisation Marketing et Publicité. Pour découvrir un panel varié des métiers de la communication, j’ai réalisé mes stages dans l’infographie, le social media, l’audiovisuel, la gestion de projet digitale.

 

C’est ainsi que je me suis rendu compte que le social media me plaisait particulièrement. C’était un privilège de travailler dans cet univers et de découvrir un métier nouveau, un métier dans lequel vous baignez dans le digital tout en ayant l’opportunité d’être présent sur des événements, de gérer des communautés, d’être la voix d’une marque.

 

Créatif dans l’âme depuis toujours, à la fin de ma 3ème année à l’ISCOM, j’ai souhaité m’orienter vers la spécialisation Création et communication numérique. Cela m’a permis de développer mes connaissances sur des outils de création, d’être autonome et opérationnel dans l’édition de contenus. J’ai effectué mon stage de 6 mois en tant que Community Manager avec une forte dimension en création.

 

En complétant avec un contrat de professionnalisation dans un autre établissement (ndlr : l'alternance n'existait pas à cette époque à l'ISCOM), cela m’a permis de réaliser une année professionnelle dans le pôle social media d’une agence de communication parisienne. De Community Manager à Social Media Manager puis Chef de projet Social Media, au fur et à mesure j’ai géré des budgets et appris à mieux maîtriser mon temps.

 

Par la suite, j’ai rejoint Publicis en tant que Chef de projet Social Media.

 

Deux ans plus tard, j’ai intégré Brainsonic, une agence de communication en plein essor.

J’ai commencé en tant que Social Media B2C, en régie chez Microsoft. Bien intégré chez le client et reconnu en tant qu’expert. Par la suite, Microsoft a souhaité que je fasse partie d’un nouveau projet, la Content Factory en tant que Lead Manager, poste que j’occupe actuellement.  

 

 

Qu’est-ce que la Content Factory ?

florian valvatte microsoft

 

La Content Factory rassemble des experts de contenus, de la conception à la diffusion, de la direction artistique au Motion design, le tout piloté par un Chef de projet. Microsoft a de nombreux besoins en création de contenus « froids » (images, retouches, mises en page) mais aussi de formats vidéo variés, de newsletter, de bannières dynamiques, de livres blancs ou encore de présentations Powerpoint de salariés.

 

La Content Factory permet de répondre à ces besoins tout au long de l’année dans des temps records. De son côté, le client réalise une économie tout en voyant ses contenus réalisés en interne et rapidement. Finalement, la Content Factory c’est un peu comme une micro-agence intégrée en interne chez le client.

 

Mon poste consiste à piloter cette équipe de créatifs afin que les contenus soient innovants tout en correspondant à la demande initiale et respectant les délais comme les budgets.

 

 

Comment réaliser un contenu qui sera apprécié par les clients de la marque ?

 

En premier lieu, il faut proposer un contenu qui soit dans l’ère du temps.

 

Le deuxième élément important est de développer un contenu avec le vocabulaire et le ton adaptés à la cible de la marque mais qui saura se distinguer par son trait de caractère marqué, son engagement ou sa ligne éditoriale forte assumée.

 

 

Justement, comment se distinguer de la concurrence grâce aux contenus ?

 

Aujourd’hui, il existe énormément de plateformes sur lesquelles nous pouvons diffuser des contenus. Il est indispensable de croiser tous ces supports pour un meilleur impact, tout en répondant à un besoin immédiat.

 

Lorsqu’il s’agit de contenus sponsorisés, il faut que cela soit impactant dès les premières secondes. Les contenus non sponsorisés doivent être réalisés ou rédigés à la perfection, la qualité prime.

 

Mais finalement, la première question à se poser est « comment mesurer notre performance face à la concurrence ? » Il est primordial de déterminer vos principaux indicateurs de performance, ceux qui selon vous, pourront confirmer que votre contenu « marche », selon vos objectifs.

 

 

Encore aujourd’hui, que retenez-vous de l’ISCOM ?

 

L’ISCOM est une école reconnue dans le milieu. C’est une fierté d’avoir suivi ses études à l’ISCOM et une référence pour le CV.

 

Les intervenants m’ont fait découvrir et aimer le métier de communicant. On apprend des bases solides qui nous servent tout au long de notre carrière.   

 

C’est également une aventure humaine durant laquelle on fait de belles rencontres, on se retrouve entre nous et on a le sentiment de faire partie d’une grande famille. Désormais, c’est moi qui embauche des stagiaires de l’ISCOM et la complicité s’installe facilement.

 

Tous les Iscomiens ont pris des directions différentes mais il faut utiliser ces relations et faire les connexions.

 

 

Quels sont vos conseils pour les étudiants de l’ISCOM qui souhaitent évoluer dans le digital ?

 

En dehors d’un talent, on cherche des profils curieux dans la communication et du digital.

 

Lorsque l’on crée du contenu, on part d’une feuille blanche. On doit prendre un parti-pris qui fera la différence tout en répondant au besoin initial. Pour réussir à faire la meilleure proposition, la curiosité est fondamentale. Elle servira d’inspiration, de référence, à découvrir de nouvelles idées et être le premier à déceler les nouveaux codes de la communication.

 

Enfin, nous travaillons dans des métiers de passion. Il faut que vous vous amusiez dans votre métier, sinon c’est qu’il n’est pas fait pour vous !