Edouard Petit, co-fondateur de BunkR, ISCOM 2012

Ma formation à l'ISCOM a été déterminante.

Edouard Petit a intégré l'ISCOM en 5ème année en alternance Marque et management de l'innovation.
Après avoir travaillé au planning stratégique de Publicis Conseil, il a co-fondé l'application BunkR...

 

 

Quelles étaient précisément vos missions au sein du planning stratégique ?

J'avais une fonction transversale au planning sur les problématiques digitales, je devais diffuser la culture numérique aussi bien en interne auprès des équipes qu'en externe auprès des clients. Mes missions comprenaient donc : l'évangélisation en interne, la prise de brief impliquant le digital, le benchmarking des bonnes pratiques sur internet et aussi l'implémentation d'outils pour "digitaliser" le planning.

 

C'est au cours de cette première expérience que vous vient l'idée de Bunkr ?Oui, nous avons simplement constaté avec l'un de mes collègues, aujourd'hui mon associé, que nous passions beaucoup trop de temps sur la forme plutôt que sur le fond de nos présentations. On souhaitait se libérer plus de temps sur la réflexion et pour cela il fallait réduire toutes les tâches extrêmement chronophages d'intégration des contenus, de mise en page. Or, aucun logiciel sur le marché ne répondait à nos exigences.

 

Vous vous lancez alors dans la création de votre propre application ?Nous avons effectivement décidé de créer notre propre outil sur notre temps libre mais nous avons vite vu nos limites.
Il nous fallait du temps, les week-ends et les nuits ne suffisaient pas pour nous lancer dans l'aventure de la start-up et il nous fallait aussi des compétences techniques. Fin Octobre 2012, Jean-Christophe, ingénieur, nous rejoint donc et nous démissionnons tous les 3 pour nous consacrer pleinement au développement de Bunkr.
Le principe phare de l'application est de connecter les applications afin d'en récupérer les contenus pour les présenter.

 

Et le succès est au rendez-vous ?

Après un test en décembre 2012 plutôt concluant, on lance la première version en avril 2013. C'est un gros succès dans les médias, plus de 200 articles de presse essentiellement à l'étranger. Trois jours après le lancement, on est déjà présent dans 60 pays et on comptabilise plus de 2500 utilisateurs.
Aujourd'hui, on compte plus de 60 000 utilisateurs et on travaille désormais sur une nouvelle version avec de nouveaux moyens, puisqu'un tour de financement en mai 2014 nous a permis de lever 1 million d'euros auprès d'Idinvest, Xavier Niel et Daniel Marhely.

 

En quoi votre formation à l'ISCOM vous a aidé ?

Elle a été déterminante parce qu'elle m'a permis de comprendre qu'un produit innovant doit aussi se démarquer en termes d'image... L'innovation est aussi dans le branding. C'est pour cette raison qu'il y a un vrai storytelling autour de Bunkr.
Nous n'avons pas les moyens d'acheter du média mais nous racontons une histoire à nos utilisateurs qui se chargent de la transmettre à d'autres. C'est l'histoire d'une guerre contre les grandes applications !

 

bunkr-logo