Documentation   JPO

A L’ISCOM ON EN EST CONVAINCU : LA COMMUNICATION C’EST LE NERF DE LA GUERRE !

Communication de crise, infobésité, fake news, digitalisation … la communication est plus que jamais sur le devant de la scène en 2021. Une place centrale qui demande des professionnels réactifs et toujours up to date : car non, tout le monde ne sait pas faire de la com’ !

Le Monde Des Grandes Écoles et Universités donne la parole à Marianne Conde Salazar, directrice de l’ISCOM.

 

AVEC LA CRISE, LE MONDE DE LA COMMUNICATION A REPRIS SES LETTRES DE NOBLESSE ?

 

Nous nous dirigeons effectivement vers un monde où nous allons revoir les modes de production et de consommation. Cela appelle une communication de partage bien sûr, mais aussi une communication de sens, au plus près de l’essence même du produit, du service et de a mission des entreprises. Schématiquement, il ne s’agit plus pour une marque de dire « voici mon nouveau produit », mais « voici mon nouveau produit et voilà pourquoi et comment je le produis ». De fait, la marque prend une importance encore plus grande : au-delà de la marque, le consommateur regarde avant tout l’engagement d’une entreprise.

 

 

D’OÙ L’IMPORTANCE DE PROFESSIONNALISER LES MÉTIERS DE LA COMMUNICATION À L’ISCOM ?

 

Ce mouvement implique effectivement une grande professionnalisation de la communication. D’abord parce que les enjeux sont plus stratégiques, en lien avec le positionnement de l’entreprise. On travaille par exemple sur la durabilité de la marque. Mais aussi parce que les outils se complexifient. Une complexification qui ne doit en aucun cas dénaturer le travail et la mission de base des communicants.  Et c’est là le rôle différenciant de l’ISCOM sur le marché de la formation aux métiers de la communication : nous aidons nos étudiants à s’emparer de ces outils en restant fidèles à leur mission et à l’engagement de leur entreprise. Car ces outils doivent être au service de la stratégie, jamais l’inverse.

Consultez l'article dans son intégralité, ici