Documentation   JPO

Vie de l'école

Le programme CREA360 proposé à l’ISCOM ambitionne d’éveiller la curiosité artistique des étudiants. Au-delà des cours de graphisme et modules techniques qu’il dispense, ce programme se nourrit de tendances culturelles et artistiques qu’il infuse notamment aux étudiants à travers des sorties culturelles.

 

Dès les premières semaines à l’ISCOM Toulouse, les étudiants sont ainsi allés parcourir des sites culturels emblématiques de la ville rose pour s’imprégner des expositions en cours.

 

L’histoire de l’art et la culture artistique, deux fondamentaux pour le parcours CREA360

Classe CREA360 ISCOM TOULOUSE ConvertImage

Le parcours culture générale du programme CREA360 s’articule autour de nombreux modules consacrés à la culture artistique d’hier et d’aujourd’hui. Pour comprendre les fondements de la créativité et aiguiser son sens artistique pour demain, il est essentiel de comprendre les tendances et mouvements artistiques qui ont marqué l’Histoire. C’est ainsi que, chaque année, dès la rentrée, après avoir découvert un panorama théorique de l’Histoire de l’art, les étudiants sont conduits dans les musées toulousains pour découvrir les expositions actuelles et mieux apprécier l’évolution de la créativité au cours du temps.

 

Des étudiants intrigués mais touchés et sensibilisés

 

Mila ISCOM TOULOUSE ConvertImageDans le cadre de ces sorties culturelles menées par Sabine Pressenda, intervenante à l’ISCOM Toulouse spécialisée dans l’Histoire de l’art, les étudiants ont ainsi découvert les œuvres d’artistes contemporains, parmi lesquels, Marion Baruch, exposée au musée des Abattoirs.

 

Dans le cadre d’une saison consacrée à l’art du tissu, les Abattoirs propose une rétrospective de l’œuvre de Marion Baruch, notamment spécialisée dans l’usage des tissus. Artiste engagée en faveur de la cause féminine et pour l’expression d’un nouveau langage de l’art, Marion Baruch s’est en effet approprié la matière textile comme nouvelle expression artistique. A travers l’exposition qui lui est consacrée au sein des Abattoirs, les étudiants du programme CREA360 de l’ISCOM Toulouse se sont ainsi retrouvés face à une réflexion autour du mouvement, du corps, du visage, de l’identité féminine et du soi-même, un peu déroutante pour des néophytes, mais qui ne les a pas laissés indifférents.

 

Lisa, étudiante en 3e année du programme CREA360, revient sur la découverte de cette artiste : "Notre sortie au musée des Abattoirs aura été très enrichissante. En arrivant, je n’ai pas vraiment compris le message que voulait nous faire passer l’artiste Marion Baruch. Puis, j’ai compris : elle a utilisé « L’art du tissu » pour exprimer la libération du corps de la femme et faire passer un message sur l’écologie ainsi que la surconsommation. »

 

Capture decran 2021 10 15 a 14.42.11 ConvertImageQuant à Léna, également en 3e année, pour elle, « la sortie au musée a été très intéressante ». Elle nous raconte qu’elle était « dans un état d’esprit assez déstabilisé par l’exposition des objets qui était assez compliquée à comprendre ». Elle ajoute que « cependant, c’est un art à découvrir plus en profondeur pour réussir à le comprendre » et aller voir cette exposition l’a aidée.

 

Le témoignage de Lucas : "Il n’est pas encore dans mes habitudes de sortir dans les musées, cependant, avec mes études actuelles et passées, je développe petit à petit une certaine sensibilité pour l’art. Ces sorties me permettent donc de découvrir de nouvelles œuvres et d’y apporter une réflexion. J’apprécie alors de nouvelles choses, et j’aime comprendre le pourquoi du comment de la création des expositions que je visite. Merci l’ISCOM et Madame Pressenda pour ces supers sorties ! »

 

D’autres visites viendront ponctuer le mois d’octobre pour les créatifs de l’ISCOM Toulouse (Musée d’Histoire naturelle, Fondation Bemberg ou encore le Musée Georges-Labit). Nul doute que ces visites continueront d’affiner le sens critique des étudiants.

 

 

Emma est sur le point d’être diplômée, après 5 années passées à l’ISCOM. Alors que son alternance vient à peine de se terminer pour le média en ligne les Eclaireuses, elle vient de débuter son premier CDI en tant que chef de projet digital au sein de cette même équipe. Elle revient sur son parcours et nous explique en quoi consiste son poste.

 

 

 Avant d’aller plus loin, peux-tu revenir sur ton parcours à l’ISCOM. Et pourquoi avoir choisi la communication ?

 

Emma les eclaireuses 1C’est par un heureux hasard que je me suis orientée vers le monde de la communication. Après un baccalauréat scientifique assez décevant (les matières scientifiques, ce n’était finalement pas pour moi !!!), je ne savais pas vraiment où aller. J’avais juste une certitude, mon attrait pour la créativité en général. Par le biais d’une amie, j’ai découvert la communication et plus précisément l’ISCOM Toulouse. Après avoir participé à des portes ouvertes et rencontré l’équipe, je me suis vraiment retrouvée dans l’ambiance et les valeurs de l’école, à tel point que j’ai finalement décidé de la rejoindre.

 

Je n’ai jamais été vraiment scolaire et j’ai très vite adhéré à la pédagogique proposée par l’ISCOM : un parcours professionnalisant, qui puisse nous permettre de nous exprimer librement, tel que l’on est ! En première année, tout m’a plu : le travail en équipe, les projets, les intervenants … mais il est vrai que je n’avais pas encore de projet concret. Pour mon stage de première année, j’ai rejoint une agence d’évènementiel toulousaine qui m’a permis d’exercer des missions de communication globale. J’ai apprécié cette première expérience, mais je n’étais pas plus avancée quant à mon projet professionnel. Pour ma deuxième année, suite à une candidature originale diffusée sur LinkedIn, j’ai été démarchée par le média Grand-Mercredi pour un stage orienté création.

 

Même si ma candidature s’adressait à une autre structure, j’ai accepté l’offre qui m’a été offerte. J’ai ainsi pu découvrir l’univers des médias digitaux et notamment des régies en ligne. Bien qu’occupant un poste créatif, je me suis familiarisé avec le métier de chef de projet. Cela a été mes premiers pas vers le Brand content, et j’ai adoré ! Riche de ce deuxième stage, j’ai donc concentré mes recherches de 3e année autour d’un média qui m’a toujours fasciné : My Little Paris.

 

J’ai été recrutée en tant que chef de projet media pour 6 mois. Je me suis régalée pendant ces 6 mois ! Le métier que j’y ai appris m’a conquise et je m’y suis parfaitement reconnue. My Little Paris a un univers unique auquel on ne peut qu’adhérer. Grâce à ce stage, j’ai réellement pu définir mon projet professionnel. Mais pour être sûre et certaine de la voie que je suivrai, j’ai tout de même décidé de profiter de mon dernier stage à l’ISCOM avant l’alternance et le grand saut dans le monde du travail, pour tester un autre domaine.

 

Dans le cadre de ma 4e année spécialité Marketing et Publicité, j’ai souhaité occuper un poste dans le marketing et le développement de produits, tout en restant dans le même univers Beauté et Lifestyle que j’avais déjà embrassé. Au contraire de mes précédentes expériences, je ne me suis pas reconnue dans ce métier, trop orienté chiffre et très technique pour moi et pas assez créatif. C’est pour cette raison que dans le cadre de l’alternance en 5e année, je suis revenue à mes premières amours : la gestion de projet. J’ai adressé une candidature spontanée pour les Eclaireuses et ma candidature a fait mouche. J’y ai donc fait mon alternance en tant que chef de projet brand content et même mieux : j’y suis restée en CDI.

 

 Tu es donc chef de projet brand content chez les Eclaireuses, quelles sont tes missions ?

 

Emma les eclaireusesLes Éclaireuses est un media féminin qui s’adresse aux Millenials en les informant, inspirant et échangeant avec bonne humeur, sur des sujets divers et variés qui les concernent. L’écosystème média Les Éclaireuses possède aujourd’hui une communauté de plus de 7M de followers sur les réseaux sociaux (dont Les Éclaireuses Beauté qui est aujourd’hui la 1ère communauté beauté en France).

 

Le media possède une régie publicitaire intégrée dans laquelle on propose des campagnes de brand content aux marques qui souhaiteraient communiquer auprès de la cible du média. En tant que chef de projet brand content, je joue ainsi le rôle de chef d’orchestre entre les Eclaireuses et les marques qui nous sollicitent pour parler d’elles. Je gère le déploiement des opérations commerciales. Nous travaillons avec de nombreuses marques de beauté (L’Oréal, Clarins, LVMH…) mais aussi avec toutes sortes d’annonceurs d’autres secteurs (divertissement, mode, food etc.). Régulièrement, des marques multiples nous envoient des briefs concernant les produits qu’elles veulent promouvoir.

 

Dès réception des briefs, les équipes se réunissent pour brainstormer et proposer une recommandation. L’équipe commerciale propose la recommandation à la marque et dès que cette dernière l’a validée, mon équipe prend le relais pour son déploiement. Par exemple, j’ai dernièrement travaillé pour Prime Video et le lancement d’une nouvelle production de la chaîne, le film Panic Room. Nous avons notamment proposé dans le dispositif de concevoir une vidéo challenge diffusée sur nos différents canaux dans laquelle nous avons recréé un escape game pour plonger notre audience dans l’ambiance de la série.

 

Il s’agissait d’une production très intéressante pour moi qui sortait des vidéos habituelles que j’avais eues l’habitude de faire. Chez les Eclaireuses, nous avons absolument toutes les ressources en interne, comme une agence de communication : le pôle commercial, développement, gestion de projets, vidéo, web etc. … C’est une chance car cela nous assure une réelle expertise auprès des marques et beaucoup de liberté et flexibilité dans les campagnes que nous proposons aux marques. C’est cette liberté que j’aime le plus dans mon métier aujourd’hui.

Emma communication les eclaireuses 

Au regard de tes multiples expériences professionnelles, quels conseils donnerais-tu aux Iscomiens pour réussir leur candidature ?

 

Il est essentiel de s’adapter à l’entreprise à laquelle on s’adresse, de respecter ses codes et son ADN s’ils sont marqués. A la lecture de la candidature, le recruteur doit déceler cet effort de personnalisation. Attention, l’inverse est également possible. Si l’on postule à une entreprise classique, il ne faut pas non plus faire trop dans l’original. En plus de la personnalisation liée à l’entreprise, je conseille également aux étudiants de retranscrire dans leur candidature leur personnalité, c’est important ! Chaque candidature doit être unique et marquer les esprits !

 

Que retiens-tu de ces 5 ans passés à l’ISCOM ?

 

Question difficile … il s’est passé énormément de choses au cours de ces 5 ans. Evidemment, j’ai envie d’évoquer toutes les rencontres que j’y ai faites et mes amis. Mais j’ai surtout envie de parler des stages qui, à mes yeux, font la force du parcours à l’ISCOM. Dès la première année, nous avons l’opportunité de faire des stages. Chaque nouveau stage nous permet de gagner en expérience et maturité. La professionnalisation à l’ISCOM, c’est la clef de notre réussite.

 

Ton meilleur souvenir à l’ISCOM ?

 

J’ai trop de bons souvenirs … Si je devais en choisir un, je citerais l’un de mes tous premiers cours avec Madame de la Bollardière. On venait à peine de rentrer et elle nous a demandé, chacun à notre tour, de passer sur la scène de l’amphithéâtre. On devait se lâcher, danser, bouger et être nous-même. Réfractaires au début, on s’est tous lâchés un à un et nous avons beaucoup pris de plaisir. Je me suis vraiment dit à ce moment-là que le lycée était bel et bien fini, qu’on passait un cran au-dessus. J’ai de suite eu une bonne impression sur les années qui m’attendraient à l’ISCOM, et je ne me suis pas trompée …

 

EN SAVOIR + SUR L'ISCOM TOULOUSE

REJOINDRE L'ISCOM TOULOUSE

Lors de leur rentrée, nos étudiants de L’ISCOM Lille ont découvert le brief lancé par la marque BZB (anciennement Bizzbee). Le projet ? La création d’une collection capsule imaginée et créée par les étudiants ainsi que le plan de communication associé au projet.

 

UNE ORGANISATION BIEN FICELÉE

Defile BZB 3 ConvertImage

Un challenge interpromo regroupant plus de 600 étudiants issus de nos différentes formations en communication et organisé au sein du Stab Vélodrome de Roubaix. Au total, 76 équipes composées de 8 étudiants et tutorées par les étudiants de 4èmes années présents dans chaque équipe. 4 jours intenses animés par une conférence, la présence de Food-trucks pour les repas du midi et l’animation d’un réveil tonique en début de semaine pour motiver les troupes ! Pas le temps de s’ennuyer à Lille.

 

L’AMOUR COMME SUJET DE RÉFLEXION

 

L’amour en 2022, qu’est-ce que c’est ? Voici le sujet sur lequel nos étudiants ont pu s’exprimer à travers 3 visuels. Un sujet intéressant et complexe qui a donné lieu à de très belles réalisations toutes très différentes les unes des autres. Après l’impression de leurs créations sur les tee-shirts, ces derniers ont eu l’opportunité de défiler devant les équipes de BZB. Un défilé rythmé par une énergie débordante !

 

LES CHALLENGES À L’ISCOM LILLE

 

Si les challenges font partis de l’identité de L’ISCOM, celui avec BZB représentait un vrai pari pour les équipes d’ISCOM Lille. En effet, c’est le premier challenge qui regroupait pour la première fois toutes les promos autour d’un même sujet. Pari réussi pour cet événement qui a su briller grâce à l’investissement des étudiants. Un début d’année rassurant comme nous l’indique Matthieu Bouton, directeur des études : « On attendait ce challenge depuis très longtemps et pour moi nos objectifs sont atteints : pouvoir se retrouver en présentiel autour d’un gros challenge après une année post-covid et fêter ça tous ensemble »

 

Defile BZB 23 ConvertImage

LES CHALLENGES FONT DÉSORMAIS PARTIE DE L'IDENTITÉ DE L'ISCOM

Issu d’une formation en Arts appliquées et communication visuelle et en Management et coordination de projets, Arnaud VALTON est aujourd’hui directeur de création du Laboratoire LES TROIS CHÊNES. Son travail concentre créativité, cohérence et rigueur afin d’apporter de la valeur ajoutée et du rêve à l’identité des marques qu’il gère.

 

Convaincu que la « génération Z » fera grandir notre monde et nos entreprises, c’est avec une grande curiosité qu’il aborde aujourd’hui son nouveau rôle de référent à l’ISCOM Lyon. Il accompagnera les étudiants de 5e année du programme Créa360, dans la construction de leur Book et de leur réflexion créative lors des workshops. Un nouveau défi qui mêlera transmission, conseils mais aussi enrichissement personnel.

EN SAVOIR + SUR LE PROGRAMME CRÉA360

 

Pouvez-vous nous parler de votre poste actuel ?

 

Au sein du Groupe LES TROIS CHÊNES qui rassemble les marques 3 Chênes / 3C Pharma / Color & Soin et Eric Favre Sport, mon action première est d’accompagner l’ensemble des lancements produits. Création de leur identité visuelle, appliquée aux packagings, PLV, supports de vente et de communication (RP, pubs, web et réseaux sociaux). Je pilote une équipe de 6 graphistes et nous produisons l’ensemble des supports de communication et de vente pour toutes nos marques, en France et à l’international (+ de 70 pays), mais également pour des marques de distributeurs pour lesquelles nous proposons un « full service ». Cela peut représenter au total jusqu’à 30 lancements de produits par trimestre. Un rôle donc très opérationnel.

 

Photo 1 La creation a l ISCOM ConvertImage

J’ai aussi une vision stratégique sur le développement de l’image de marque du groupe. Mon rôle est de faire en sorte d’accompagner chaque marque sur une communication et une identité unique pour les rapprocher de leurs consommateurs : créer une reconnaissance, une adhésion et une fidélisation.

 

Enfin, j’ai une fonction managériale pour coordonner le développement graphique auprès de mon équipe et de tous les intervenants internes ou externes. Je travaille conjointement avec et pour l’ensemble des Directions de l’entreprise : Générale, Commerciales, Marketing, R&D, Supply Chain et Administrative & Financière. L’écoute devient alors la qualité première de cette fonction. Comprendre leurs besoins, les synthétiser, les mettre en perspective des objectifs de l’entreprise et enfin y répondre en combinant créativité, réactivité et contrôle des coûts de développement.

 

Une bonne Direction de la Création, ce sont des idées plein la tête, un œil aiguisé sur le plan artistique et un petit grain de folie pour les mettre en œuvre. Mais c’est également avoir la capacité de rassembler, autour du projet, les bonnes personnes dont les compétences et expertises vont vous permettre de donner vie à ces idées et souvent les enrichir considérablement.

 

Qu’est-ce qui vous passionne dans votre activité ?

 

Ce que je préfère dans mon métier c’est la multitude de projets au service des marques que je fais vivre et développe. Découvrir sans cesse de nouveaux terrains d’expression. Se lancer des défis et tout faire pour atteindre les objectifs que l’on s’est fixés. Faire tomber les barrières et penser que l’on est capable de tout. Se tromper parfois, mais se relever et faire mieux la fois d’après. Et puis rencontrer des gens, s’émerveiller de leurs compétences et savoir-faire. S’enrichir !

Photo 2 La creation a l ISCOM ConvertImage

 

Qu’est-ce qui vous a donné envie d’enseigner à l’ISCOM Lyon ?

 

Je fais partie de la génération X. J’ai commencé en tant que manager à recruter des générations Y et aujourd’hui des générations Z. Cette génération Z va finir de bouleverser les codes du travail et de l’entreprise déjà initié par la génération précédente. Ils sont ceux qui vont faire grandir notre monde et nos entreprises de demain. Ces Zoomers sont incroyablement connectés au monde qui les entoure et s’inscrivent dans des communautés et écosystème local. Pour eux, l’entreprise participe pleinement à leur formation quotidienne.

 

Mon intervention au sein de l’ISCOM est principalement motivée par 3 sujets :

 

Transmettre aux étudiants mes connaissances du métier qu’ils aborderont demain et les accompagner au mieux à révéler leurs talents et croire en leurs compétences.

M’enrichir de leurs connaissances et de leur façon d’aborder le monde qu’ils vont construire pour demain.

Découvrir peut-être de vrais talents sur lesquels j’aimerais capitaliser pour mes recrutements à venir.

 

Quel message voulez-vous adresser à vos étudiants pour la rentrée ?

 

Soyez vrais ! La création et la communication sont pour moi des métiers où l’on donne à chaque fois un peu de soi dans les projets que l’on mène. On sort nos tripes. On y croit, on y va ! J’aime beaucoup la phrase d’Oscar Wilde : « Soyez vous-même, les autres sont déjà pris ». Voilà donc mon conseil : soyez honnêtes, authentiques et passionnés !

 

Votre personnalité fera la différence, soyez créatifs et audacieux ! Soyez organisés ! Soyez soignés ! Voyez grand ! Voyez très grand ! Seulement après… redescendez sur Terre !

 

Mais n’oubliez pas qu’il s’agit aussi d’un travail d’équipe. On ne s’investit pas pour son rayonnement personnel et quand une idée est remise en cause, il ne s’agit pas d’une attaque personnelle. L’idée est vouée à être partagée, confrontée et enrichie et ceci au service de la marque pour laquelle on intervient.

 

La meilleure des formations dans ce métier, c’est l’échange avec les autres et la capacité de se remettre en question. Ayez le goût d’apprendre en permanence. Si vous souhaitez en savoir plus sur le programme en créa360, cliquez-ici ! Vous aimeriez candidater pour le Programme Grande École ? Inscrivez-vous à nos prochaines sessions d’admission, en cliquant ici.

Photo 3 La creation a l ISCOM ConvertImage

PASSER LES ÉPREUVES DE SÉLECTION DE L'ISCOM LYON

PARTICIPER À UNE JOURNÉE PORTES OUVERTES DE L'ISCOM LYON

 

Festival d’intégrations à l’ISCOM Toulouse

vendredi, 24 septembre 2021 09:48

L’heure de la rentrée a sonné pour les étudiants de l’ISCOM Toulouse. C’est le retour des anciens mais c’est aussi l’arrivée de nouveaux étudiants grâce aux différentes admissions parallèles. Pour ainsi sceller la venue des petits nouveaux, les intégrations sont devenues indispensables.

Les premiers jours à l’ISCOM Toulouse ont ainsi été marqués par un festival d’intégrations : challenge vidéo, olympiades, théâtre d’improvisation ou jeux de logiques, les étudiants de l’ISCOM Toulouse se souviendront de leurs premiers jours à l’école.

 

 

Théâtre d’improvisation et jeux de confiance en soi pour les étudiants de première année

 

La première année à l’ISCOM, c’est sacré ! Les étudiants sortent tout juste des bancs du lycée pour la plupart et se retrouvent face à un nouvel environnement, de nouveaux camarades, parfois une nouvelle ville … bref, une nouvelle page à écrire qui peut les déstabiliser. Lola Jeannot, intervenante à l’ISCOM Toulouse et spécialisée dans les cours dédiés au Français, aux quiz culturels ou encore au théâtre a donc décidé d’organiser une intégration consacrée à la confiance en soi.

 

Plusieurs ateliers ont été organisés pour permettre aux étudiants, à travers des petits exercices d’écriture et d’improvisation, d’apprendre à se connaître les uns les autres, mais surtout et avant tout de se confronter aux premières prises de paroles en public. La confiance en soi est la clef de la réussite pour nos étudiants. Tout au long de leur cursus à l’ISCOM, les confrontations face à un public, qu’il s’agisse de soutenances ou de présentation devant un jury ou un client, sont nombreuses. Il est donc essentiel d’accorder du temps aux Iscomiens qu’ils pourront consacrer à améliorer leur confiance en eux et leur aisance à l’oral.

 

Capture decran 2021 09 27 a 10.36.52 ConvertImage

 

Concours vidéo pour les étudiants de deuxième année

 

Les étudiants de 2e année ont eu droit à une intégration autour du montage vidéo. Riches d’une première année qui leur a permis de développer leur créativité et de s’initier aux fondamentaux du montage vidéo, les étudiants ont ainsi eu une journée entière pour composer une vidéo sur le thème « Mon quotidien à l’ISCOM ».

 

Pour corser l’exercice et garantir l’amusement, ils ont dû respecter de nombreuses contraintes : insérer des expressions et mots farfelus (« peigner la girafe », « Pompon sur la Garonne etc.), faire apparaître des élèves d’autres promotions, ou encore des membres de l’équipe ISCOM. Plusieurs formats de vidéos ont été proposés : bande-annonce, publicité, clip vidéo, sketch ou encore format : Bref.

 

Les étudiants n’ont pas démérité et fait honneur à leur talent créatif. La téléréalité des Toulousains à l’ISCOM, la « Jungle ISCOM » ou encore le reportage « Si Vrai » dans les coulisses de l’ISCOM ont ainsi vu le jour.

 

Après de longues délibérations au sein du jury, c’est finalement le reportage humoristique « Si Vrai » qui a remporté le prix de la meilleure création !

 

Flavie, membre de l’équipe gagnante, a pu nous offrir son témoignage concernant cette journée forte en émotions : « Nous sommes très contents d’avoir pu participer à cette journée qui a été très enrichissante et très drôle avec ce format sketch que nous avons eu l’idée de créer. Elle nous a permis de resserrer les liens dans notre équipe et surtout de prendre énormément de plaisir. Cette idée autour de la création de vidéos a été bien pensée, surtout par son côté libre. »

 

Capture decran 2021 09 27 a 10.43.46 ConvertImage

 

Jeux de créativité et speech publicitaire pour les étudiants de troisième année

 

Portée par Aurélie Fourment, intervenante à l’ISCOM Toulouse, l’intégration des étudiants de 3e année s’est déroulée sous le signe de la créativité ! La journée a débuté par un jeu de dessin géant « je me présente en dessin » pour briser la glace. Des jeux mêlant logiques et créativité ont suivi. Pour clore le spectacle, les étudiants, en équipe, ont dû semi-improviser une présentation devant un client et vendre un produit totalement incongru.

 

Olympiades Iscomiennes pour les étudiants de quatrième année

 

Capture decran 2021 09 27 a 10.57.08 ConvertImage

La quatrième année à l’ISCOM constitue la dernière étape avant l’alternance, et donc le grand saut dans le monde professionnel ! Année riche de challenges, c’est donc en toute logique que des Olympiades ont été organisées pour l’intégration des 4e années.

 

Course à l’aveugle, test géant de culture générale, relais avec obstacles … l’intégration ne les a pas ménagés mais rien de tel pour fédérer les étudiants entre eux et créer du lien avec les 4e années qui sont arrivés en admissions parallèles.

 

Océane, participantes des Olympiades nous a fait part de son ressenti concernant cette journée. « Cette journée nous a vraiment donner l’opportunité de créer des liens entre les anciens étudiants de l’ISCOM et les anciens qui viennent d’arriver. A travers ces épreuves sportives et ludiques, nous avons dû travailler en équipe et faire parler notre esprit de cohésion pour pouvoir gagner les épreuves. La compétition à laisser place aux rires et a permis à chacun de se lâcher et d’apprendre à connaître les autres. J’espère que nous pourrons organiser à nouveau des journées comme celle-là ».

 

Vous l’aurez compris, la rentrée à l’ISCOM Toulouse n’arrive jamais sans son lot de surprises ! C’est elle qui donne le ton pour l’année à venir et il est donc essentiel de la placer sous les meilleurs auspices. Vous souhaitez en savoir plus sur l’ISCOM Toulouse et nos programmes ? Continuez la visite.

 

EN SAVOIR + SUR L'ISCOM TOULOUSE

L’ISCOM est une école de communication tournée vers l’international qui accorde depuis toujours une importance particulière à l'ouverture d’esprit de ses étudiant.e.s. S'il est tout à fait possible de faire un stage à l’étranger de la 1ère à la 4ème année, il est aussi possible de faire un semestre d’échange dans une université partenaire en Europe.

 

L’ISCOM ET L’EUROPE

Capture decran 2021 09 22 a 10.42.42 ConvertImage

L’ISCOM permet d’étudier à l’étranger grâce à son réseau de plus de quarante universités partenaires à travers l’Europe. En Espagne, au Pays-Bas ou encore en Croatie, nos étudiant.e.s ont la possibilité de partir dans la destination de leur choix et d’accéder à des cours divers et variés en fonction de l’établissement d’accueil qu’ils/elles choisissent. Cette proximité avec ses voisins européens permet à l’ISCOM de proposer une formation complète réellement dirigée vers les relations internationales et permet d’aborder la communication dans un contexte culturellement très riche.

 

“ Pour ceux qui sont tentés par une expérience à l’étranger, je ne peux que vous conseiller de tenter l’aventure. C’est une expérience vraiment incroyable qui enrichira votre parcours professionnel et personnel car vous y ferez plein de rencontres ! “

- Eva, étudiante de 3ème année à l’ISCOM Strasbourg Partie 6 mois en échange à Berlin en Allemagne

 

Depuis plusieurs années, des parcours de formation en langues étrangères sont disponibles à l’ISCOM pour vous immerger au quotidien dans un contexte multiculturel, notamment le cursus International Global Communication qui est enseigné 100% en anglais pendant 5 années. Nous vous ferons également découvrir à la rentrée 2022 le parcours européen (anciennement parcours franco-allemand), exclusivement dispensé sur le campus de Strasbourg. Dans cette formation trilingue, vous aurez l’opportunité d’étudier en français, en anglais et dans une troisième langue européenne de votre choix (n’hésitez pas à nous contacter pour plus d’informations : (strasbourg@iscom.fr).

 

POURQUOI ÉTUDIER À L’ÉTRANGER ?

Capture decran 2021 09 22 a 11.20.25 ConvertImage

Tout d’abord, partir vivre dans un pays étranger est une expérience humaine unique qui vous permettra de vous découvrir vous-même. Indépendant.e et livré.e à vous-même dans une culture différente, vous apprendrez à évoluer par vos propres moyens et à ouvrir votre esprit à d’autres us et coutumes. Vous y ferez des rencontres surprenantes et inattendues qui feront de ce séjour un souvenir inoubliable. Ensuite, étudier à l’étranger peut vous apporter des atouts en milieu professionnel. Dans un milieu comme la communication, il y a de grandes chances pour que vous vous retrouviez à travailler dans une équipe multiculturelle qui exigera de vous des compétences en langues étrangères. L’anglais est bien souvent indispensable, mais vous pouvez aussi choisir de partir dans un pays non anglophone et de développer vos compétences dans une troisième langue comme l’espagnol ou l’allemand.

 

“ Ici, je pars à l’aventure dès que je le peux en découvrant de nouvelles villes, une nouvelle culture et de nouvelles personnes ! C’est une opportunité incroyable pour développer ses connaissances et pouvoir découvrir de nouvelles spécialisations, comme c’est mon cas avec le design graphique. Je ne peux que le recommander aux étudiants qui souhaitent s’épanouir à l’étranger “

- Léa, étudiante de 3ème année à l’ISCOM Strasbourg Partie 6 mois en échange à Tilburg aux Pays-Bas

 

FAIRE UN ÉCHANGE UNIVERSITAIRE : LES CRITÈRES DE SÉLECTION

 

Si l’opportunité de faire un semestre à l’étranger est offerte à tou.te.s, les universités d’accueil ne peuvent recevoir qu’un nombre limité d’étudiant.e.s internationaux et une sélection est faite afin de recruter les meilleures candidat.e.s. Voici une liste non exhaustive des critères pris en compte dans la sélection :

 

- Le dossier scolaire : une attention particulière sera portée sur le dossier scolaire et les notes. Nous voulons nous assurer que les étudiant.e.s qui auront la possibilité de partir saisiront pleinement cette chance et s’investiront dans leur travail. Un échange Erasmus n’étant pas des vacances, il vous faudra vous investir au maximum dans vos études. Les notes seront observées mais aussi les remarques des professeur.e.s, alors si vous n’avez pas un 16 de moyenne générale mais que les intervenant.e.s soulignent votre implication et votre investissement, vous avez toutes vos chances.

- L’assiduité : un.e étudiant.e qui n’aura que très peu d’heures d’absences à son compteur aura davantage de chance d’être sélectionné.e.

- Le niveau de langues : qui dit “pays étranger” dit “langue étrangère”. Avant votre départ pour la destination de votre choix, nous avons besoin de nous assurer que vous disposez d’un niveau suffisant pour vous en sortir au quotidien mais surtout pour suivre les cours de l’université partenaire et ne pas vous retrouver perdu.e.

- La lettre de motivation et le CV : pour postuler à ce programme, vous aurez également besoin de nous fournir un CV et une lettre de motivation. Dans cette lettre, vous pourrez expliquer les raisons du choix de la destination, l’apport d’un échange à l’étranger pour votre projet professionnel, etc.

 DÉCOUVREZ LE TÉMOIGNAGE D'UNE ANCIENNE ÉTUDIANTE DU PROGRAMME FRANCO-ALLEMAND

 PLUS D'INFORMATIONS SUR LE PROGRAMME ERASMUS+

 

Pour rappel, Yes We Kids c’est l’histoire d’une association crée en 2016 au sein de notre belle école de communication, L’ISCOM Lille. Elle est composée de personnalités lilloises pétillantes ayant à cœur la réalisation de beaux projets humanitaires. Après l’Inde et le Vietnam, l’asso nous a encore une fois fait rêver avec son aventure au Togo. On vous en dit plus juste ici.

 

L’AVENTURE TOGOLAISE : TOUT UN PROGRAMME !

 

YWK photo du Togo

 

 

Pour les membres de l’association, pas le temps de s’ennuyer ! Les journées étaient rythmées par la présence d’animateurs togolais présents sur place pour encadrer et organiser les activités.

 

Au programme : mise en place d’un soutien scolaire pour les enfants tous les matins, jeux et activités diverses l’après-midi et le petit plus, excursions à la découverte des lieux emblématiques du Togo pour les membres de l’équipe.

 

 

 

 

 

 

  

L’ENTRAIDE ET LE PARTAGE AU CŒUR DU VOYAGE

 

YWK photo du Togo 3

 

L’association avait choisi de rejoindre sur place l’association To go or not Togo existante depuis 2019 et présente dans 3 villes togolaises ; Hondome, Wli et Assome.

 

YesWeKid a vraiment à cœur d’aider à la vie au village et d’apporter aux enfants un vrai soutien scolaire mais aussi d’animer leur journée en prônant la bienveillance et le partage. Pour Léa et Marion, c’est une vraie réussite d’avoir revu les enfants rencontrés lors de leur précédent voyage et désormais scolarisés.

 

 

 

 

 

 

LE VOYAGE CONTINUE GRÂCE À VOUS

 

À l’Iscom Lille, les associations tiennent une place essentielle, c’est pour cette raison que nos formations en communication sont justement adaptées pour accueillir ce genre de projets. L’association Yes We Kids ne cesse de mettre en place des actions telles que des soirées étudiantes, des partenariats ou encore en période de fêtes, l’emballage cadeaux dans les centres commerciaux. Des actions porteuses de sens car elles ont pour objectif la récupération des fonds nécessaires au bon déroulement de leurs projets et ça grâce à votre générosité !

 

DES ACTIONS PORTEUSES DE SENS

 

La création à l'ISCOM - Emmaüs Défi

jeudi, 16 septembre 2021 11:42

BRIEF

Événement pédagogique : cas réel encadré par l’agence MullenLowe dans le cadre des enseignements en conception/rédaction.

Réussir son entretien de motivation

vendredi, 10 septembre 2021 09:31

Pour suivre notre formation en communication et devenir étudiant.e à l’ISCOM, il est demandé à chacun.e des candidat.e.s de passer les épreuves d’admission. Celui-ci est composé de deux parties :

L’épreuve écrite avec des questionnaires portant sur des problématiques diverses

L’épreuve orale avec un entretien de motivation.

 

Dans cet article, nous allons aborder l’entretien de motivation, probablement l'épreuve la plus déterminante. Voici quelques astuces pour vous mettre dans les meilleures conditions et passer cet entretien avec succès :

 

 

FAIRE UNE BONNE PREMIÈRE IMPRESSION

 

L’entretien de motivation se déroule à distance mais la magie de la visioconférence nous permet d’utiliser des webcams. Cela risque d’être difficile pour les timides mais il vous sera demandé d’allumer votre caméra lors de l’entretien. C’est tout de même plus agréable pour le/la recruteur/euse de s’adresser à une personne qu’il/elle peut voir et ça lui permet de mettre un visage sur le nom des candidat.e.s et futur.e.s élèves. Veillez donc à être présentable comme si vous vous rendiez à un entretien d’embauche pour un stage et à vous habiller en conséquence. De plus, vous vous sentirez plus sûr.e de vous et cela se ressentira dans votre échange avec le/la recruteur/euse.

 

 

SAVOIR SE PRÉSENTER

 

L’entretien commence généralement par une simple question : qui êtes-vous ? Le/la recruteur/euse cherche tout d’abord à en savoir plus sur votre parcours et d’où vous venez. Vous pouvez parler de vos études au lycée, des études supérieures dans lesquelles vous vous êtes lancé.e, des diplômes que vous avez déjà obtenus, de projets auxquels vous avez participé, en bref tout ce que vous jugez important de préciser pour que le recruteur puisse commencer à cerner votre personnalité. Essayez de vous présenter en 3-4 minutes en étant clair et concis.e. Ce sera la même chose lorsque vous passerez des entretiens pour décrocher des stages ou une alternance en communication, c’est donc l’occasion de vous entrainer.

 

 

LES QUALITÉS ET LES DÉFAUTS

 

entretien oral communication ISCOMSi vous avez déjà passé des entretiens d’embauche pour des stages ou des jobs d’été par exemple, vous avez probablement déjà été confronté.e à la fameuse question «quelles sont vos qualités et vos défauts ?». Ce n’est pas une question facile puisqu’il s’agit de parler de soi mais c’est l’occasion pour vous de faire preuve d’honnêteté devant le recruteur. N’oubliez pas de rester humble et de montrer que vous connaissez les points sur lesquels vous avez besoin de travailler. L’important, c’est d’être honnête, de donner des qualités et des défauts qui reflètent réellement votre personnalité. N’oubliez pas d’avoir des réponses pour les deux questions : si vous avez plein de qualités mais aucun défaut à citer, le/la recruteur/euse risque de se poser des questions !

 

Astuce en + : éviter les « faux défauts » qui sont en réalité des qualités

 

 

VOUS AVEZ LE DROIT DE POSER DES QUESTIONS

 

concours e?cole de communication Si l’objectif principal de cet entretien est de mettre en valeur votre motivation pour rejoindre l'ISCOM, ce n’est pas un interrogatoire à sens unique ! Si vous avez besoin de renseignements, s'il vous manque des informations ou si vous avez des remarques, profitez de la disponibilité du/de la recruteur/euse pour lui poser des questions. Ça permettra de dynamiser l’échange et de montrer votre intérêt pour la communication, les études ou l’école. Le/la recruteur/euse laisse généralement la place à un temps d'échange à la fin de l’entretien donc profitez-en ! Vous pourriez, pourquoi pas, proposer d’envoyer des exemples de création que vous avez réalisé pour montrer votre côté créatif.

 

 

SOYEZ VOUS-MÊME

 

On ne le dira jamais assez mais il est important lors d’entretien de motivation d'être soi-même. Il n’existe pas de profil type d’étudiant.e à l’ISCOM ou de caractéristiques personnelles indispensables pour rejoindre l’école. Votre personnalité vous rend unique et c’est ce qui nous plait chez vous. De plus, soyons honnête, il est difficile de cacher sa vraie personnalité alors autant être authentique dès le début. Ayez confiance, tout va bien se passer !

Dans la continuité de ses engagements responsables, l’ISCOM s’engage en faveur de l’environnement en s’alliant aux côtés de l’entreprise Ecotree.

 

Créée en 2015 par quatre amis, Ecotree est une start-up française qui œuvre pour la protection des forêts en ayant recours à des solutions fondées sur la nature (plantations d’arbres, entretien des forêts, accroissement de la biodiversité).

 

En avril 2021, Ecotree rachète la zone humide de la Trinité-Langonnet, située dans le Morbihan.?Exploitée depuis les années 50 par l’agriculture conventionnelle, cette zone humide historique a vu ses sols et écosystèmes se transformer à cause de la sécheresse. Pourtant, ces 35 hectares, constituent un véritable réservoir de vie à protéger et à valoriser.

 

Depuis le début du 20ème siècle, près de 80% des zones humides ont disparu en France.

 

Pour cette raison, Ecotree se donne pour mission de restaurer cet écrin de biodiversité pour que la faune et la flore y prospèrent à nouveau.

 

À son échelle, chaque entreprise peut contribuer à la concrétisation de ce beau projet.

 

En ce sens, l’ISCOM décide de soutenir le projet de restauration de la zone humide en proposant une contribution financière pour préserver cet écosystème.

La Création à l'ISCOM - Hansaplast

mardi, 07 septembre 2021 10:39

BRIEF

Événement pédagogique : Briefweek.

La marque Hansaplast lance “Hansaplast Skin”, une gamme de pansements adaptés à chaque couleur de peau et souhaite, pour soutenir ce lancement, une communication mettant en avant le bénéfice de cette innovation toute simple mais révolutionnaire.

International : Notre stage en Indonésie

jeudi, 02 septembre 2021 17:21

Dans le cadre d’un stage en Indonésie, Imane Naima MEGHERBI est revenue sur son expérience à l’international accompagnée de sa camarade, Leila JOSEPH. Elle nous parle notamment de leur nouvelle vie à l’étranger, de leur stage en agence de communication et de leurs missions.

 

Parlez-nous de votre parcours ?

 

Photo 1 Article Stage internationalJ’ai décroché une licence en information-communication à l’Université de Besançon. Durant mes 3 années d’études j’ai pu avoir une approche 360° de la communication et ses métiers grâce à des rencontres, des stages ou encore mes professeurs intervenants. Une fois ma licence en poche, j’ai souhaité acquérir des notions de marketing pour avoir un plus large bagage à la fin de mes études. Ainsi, j’ai rejoint l’ISCOM Lyon en 4ème année en Marketing Communication Globale.

 

Cette année à l’ISCOM m’a beaucoup apporté tant sur l’aspect pédagogique que sur le plan professionnel. J’ai profité du stage de 6 mois de cette année pour avoir une expérience de communication à l’international et après de longues recherches et périples, je suis arrivée à Bali !

 

 Découvrez le parcours Marketing Communication Globale

 

 

Comment avez-vous trouvé votre stage à l’étranger ?

 

C’est grâce à une autre iscomienne ! Le CEO de l’agence Naga Putih Konsulting était à la recherche de deux stagiaires, ma camarade a partagé l’offre de stage et nous avons tout de suite saisi l’opportunité.

 

Comment se sont passées votre intégration et votre adaptation ?

 

Il y a tant de choses à dire… L’adaptation a été très facile, car les Indonésiens sont très chaleureux. De plus, la plupart des Balinais parlent anglais ! Ce fut assez facile de communiquer avec eux. Je pense que la seule vraie complication que nous avons rencontré avec Leila a été le décalage horaire au début, mais aussi la conduite à gauche !Photo 2 Article Stage international

 

Pour ce qui est de l’agence, nous avons été très bien reçues. Notre maître de stage est venu nous chercher à l’aéroport et nous a directement emmené manger au bord de la mer. Notre équipe 100% indonésienne, hormis Ludovic, notre maître de stage, a toujours été bienveillante avec nous !

 

Pouvez-vous nous en dire plus sur l’entreprise dans laquelle vous réaliser votre stage toutes les deux ?

 

White Dragoon, Naga Putih est une agence de marketing - communication, B to B, basée à Bali en Indonésie, depuis 2006. Issue d’une collaboration entre Mr Gasparini et Mme Karisma, ils avaient tout en main pour faire de cette agence une entité à dimension multiculturelle et internationale. Des Antilles à Bali en passant par l’Australie et la France, c’est tout autant de clients que d’employés et stagiaires de ces différents horizons que l’entreprise a accueilli depuis sa création.

 

Ayant compris l’urgence de l’évolution des marchés diversifiés de sa clientèle, l’agence n’a jamais cessé de s’étoffer. Depuis sa création en 2006 et jusqu’en 2015, de nombreuses filiales ont été créées pour pouvoir répondre à tout type de demandes et prendre le pli de la communication 360° qui est aujourd’hui indispensable pour se faire une place sur un marché plus que concurrentiel. Alors de simple agence de communication en 2006, elle a évolué vers une agence web, communication et marketing. Kézacom, Figures & Beyond, Ellispe Design, Squid et Advantage Interactive 1 représentent les différentes entités sous lesquelles l’agence fait son travail : Traduction, design graphique, design, packaging et accessoires, digital et social marketing, SEO, création et gestion de sites Internet, community management, enquêtes et statistiques.

 

L’entreprise opère pour des restaurants balinais comme pour la plus grande concession automobile des Antilles. Avec un portefeuille constitué de fidèles clients ainsi que de nouveaux, White Dragoon Group, reste une agence qui sait surprendre et satisfaire pleinement les demandes de ses clients.

 

Quelles sont vos principales missions ?

 

Photo 3 Article internationalMa mission principale était de gérer tous les clients français, plus précisément venant des Antilles. Afin de me familiariser avec le travail de l’agence, mon maître de stage m’avait donné pour première mission la gestion des réseaux sociaux de deux clients pour mieux comprendre leur identité graphique et leur ligne directrice. Par la suite, c’est tout un travail sur Facebook Creator, un rétroplanning de publications sur Facebook et Instagram.

 

C’est avec 8 comptes Instagram que j’ai continué, cette fois en autonomie, où mon maître de stage m’a fait confiance du début à la fin. C’était à moi d’imaginer des stratégies et aider l’équipe à donner vie à mes idées. Le community management n’était pas ma seule mission, car tous les matins j’ai participé à des « Morning Briefs » où mon maître de stage me confiait des flyers, des menus, des logos, une identité de marque à développer, des vidéos à produire, une campagne électorale à gérer ou des articles pour un journal interne dans le domaine de l’automobile….

 

Des projets dont je devais imaginer une stratégie, l’expliquer au pôle créatif, les assister et la faire valider par mon maître de stage et le client avec qui parfois j’étais également en contact.

 

Comment se passe la vie en entreprise ?

 

Honnêtement, en Indonésie, le climat de travail est très « relax ». Mes collègues sont avant tout des amis et c’est ensemble que nous réalisons un vrai travail d’équipe. Certes, il faut être sérieux, mais en général l’ambiance est décontractée. J’ai également appris durant cette expérience que les Indonésiens ne travaillent pas avec de la pression, et moi en tant que chef de projet je devais m’assurer de toujours bien « communiquer » avec eux. Il faut savoir gérer son stress même quand on a beaucoup de projets à piloter. Ils ont une façon différente de travailler, bien loin de celle qu’on connaît en Europe !

 

Quels conseils donneriez-vous aux étudiants qui aimeraient vivre une expérience à l’international ?

 

FONCEZ ! En 6 mois j’ai énormément appris, et ce autant sur le plan personnel que professionnel. La vie est faite de tellement d’opportunités ! Être à l’étranger m’a permis de sortir de ma zone de confort, de rencontrer des personnes incroyables, de visiter des lieux inoubliables, de me lier d’amitié avec des professionnels talentueux et surtout de tomber amoureuse d’une culture magnifique. Voyager c’est aussi s’offrir la chance de grandir, d’apprendre une nouvelle langue, et de se challenger.

 Pour en savoir plus sur l'international à l'ISCOM Lyon, contactez Christophe PEOTTA

Gabriel est étudiant en 5e année à l’ISCOM. Passionné de communication politique et institutionnelle, il a rejoint dans le cadre de son alternance le Cabinet Communication du Général commandant l'état-major de région d'Occitanie.

 

Quel est votre parcours ?

 

Après l’obtention de mon bac STMG, je me suis orienté vers une licence en sociologie. J’ai toujours porté un grand intérêt pour les relations humaines et l’histoire des sociétés. Initialement, je souhaitais rejoindre un master en sciences politiques. Mais la découverte de l’ISCOM lors d’un salon étudiant a chamboulé mes perspectives. J’ai pu échanger avec la responsable communication de l’école et découvrir un nouveau champ d’études qui m’a énormément intéressé. J’avais également une bonne connaissance, une étudiante à l’ISCOM qui a pu m’éclairer sur l’école et les programmes proposés.

 

En stage au sein d’une agence de communication à l’époque, elle m’a même offert l’opportunité de faire une journée d’immersion à ses côtés. Cela a été un déclic et j’ai donc passé le concours d’admission de l’ISCOM.

 

Vous avez ainsi rejoint l’ISCOM en 4e année ?

 

Tout à fait, l’ISCOM propose un programme dédié aux étudiants détenteurs d’un bac+3 ou issus d’une licence autre qu’en communication. Ce programme permet une remise à niveau conséquente et englobe ainsi les fondamentaux des différents champs de la communication : événementiel, création, digital, marketing, publicité etc. Un parcours complet, avec des intervenants passionnés, un stage long et formateur : je ne pouvais espérer mieux !

 Découvrez les programmes de 4ème année

 

 

Parlez-vous de votre stage de 4e année.

 

La 4e année à l’ISCOM, quel que soit le programme choisi, comporte un stage obligatoire de 24 semaines. En ce qui me concerne, j’ai rejoint une holding toulousaine qui possédait plusieurs activités. J’ai ainsi pu travailler sur des actions de communication globale et me former à de nombreux postes (refonte du site internet, community management, création, affichage etc.).

 

En parallèle, mon tuteur de stage étant également maire, je me suis proposé pour l’accompagner dans sa stratégie de communication. J’ai été en quelque sorte rattrapé par mes premières amours : la communication politique. Mon stage a été touché par le premier confinement. J’ai donc eu le temps de la réflexion et me suis décidé à réaliser mon alternance dans le milieu institutionnel.

 

Dites-nous tout sur votre poste ?

 

Gabriel GENDARMERIE ISCOMDepuis octobre, j’ai rejoint le cabinet général de la région en tant qu’assistant de communication civil. L’offre nous a été partagée par l’école et je me suis rapidement positionné. Ce qui est incroyable, c’est que je suis justement issu d’une famille militaire. J’ai grandi dans ce monde et y effectuer une partie de mon expérience professionnelle était plus qu’inespéré.

 

En ce qui concerne le poste : il faut pour le prendre en main, un travail d’acculturation. Même formé à la communication, le poids de la hiérarchie et du milieu implique de nombreux codes  à intégrer pour être légitime mais aussi comprendre les enjeux. L’Etat-major veille énormément à ce que chaque nouveau collaborateur ou apprenti soit bien intégré. Encore aujourd’hui, à la fin de mon expérience, je découvre de nouveaux enjeux (ce qui rend mon travail stimulant !).

 

Les missions que l’on m’a confiées sont nombreuses : cela va du community management avec la gestion des pages Facebook et Twitter du département et de la région de l’Etat-major. J’ai également participé au lancement du compte Tik-Tok. Je suis également un contributeur actif des relations presse du cabinet. Nous organisons en effet de nombreuses conférences presse et rencontres avec les journalistes.

 

Naturellement, je n’oublie pas le volet création : j’ai réalisé de nombreux flyers ou supports de sensibilisation, notamment contre les violences intra-familiales. J’ai participé à des tournages et interviews de femmes gendarmes pour la journée internationale du droit des femmes.

 

Très clairement, les enjeux de la communication institutionnelle sont très différents de ceux du privé : il faut partir du principe que tout peut être sensible et sujet à controverse. Nous devons réfléchir à toutes nos actions et les process de validation par la hiérarchie sont longs. Mais cela ne signifie pas que nous sommes bridés. La communication peut et doit être force de proposition mais la hiérarchie prime et reste maître.

 

Que retenez-vous de votre parcours ?Gabriel GENDARMERIE ISCOM 4

 

Les deux années passées à l’ISCOM m’ont offert une excellente remise à niveau, très efficace en communication. En 4e année notamment, nous avons pu être suivis et formés par des intervenants d’exception, bienveillants et toujours là pour répondre à nos questions.

 

L’avantage, c’est que l’école fait appel à des intervenants issus de tous les domaines et de tous les milieux : chacun nous apporte des regards différents sur le monde de l’entreprise. Ils nous permettent de prendre du recul et de mieux savoir ce que l’on veut.

 

Quels sont vos projets futurs ?

 

A court-terme, je souhaiterais rester dans le milieu institutionnel et éventuellement rejoindre une Ambassade. J’ai commencé à me mettre des alertes d’emploi. La communication politique m’a toujours servi de fil conducteur et c’est dans cette voie que je me vois évoluer par la suite.

 Découvrez l'ISCOM Toulouse

 

Caroline est chargée de communication pour le club de rugby professionnel de Biarritz, le Biarritz Olympique Pays-basque, dans le cadre de sa 5ème et dernière année en alternance. Retours sur cette année tout aussi passionnante qu’enrichissante. 

 

Avant tout, pouvez-vous nous retracer votre parcours ? 

 

Après mon Bac ES, je me suis orientée vers une école spécialisée dans la mode à Bordeaux. J’ai toujours aimé dessiner et les activités créatives en général. J’avais donc besoin de me diriger vers une formation artistique. Grâce à ces deux années au sein de cette école, j’ai eu l’occasion de me former aux logiciels d’infographie et de développer de réelles compétences en création numérique. À l’issue de ma deuxième année, ne souhaitant pas m’enfermer exclusivement dans le secteur de la mode, j’ai décidé de me rediriger vers une formation plus large mais toujours axée sur le graphisme et la création. J’avais envie de contribuer à la création de différentes marques, quelles qu’elles soient, et non seulement dans le secteur de la mode.

 

Par le biais d’une amie, j’ai découvert l’ISCOM Toulouse que j’ai donc rejoint en 3e année grâce aux admissions parallèles. J’y ai intégré le parcours digital

  

 Découvrez le parcours communication et création digitale de l'ISCOM

 

Grâce à l’ISCOM, j’ai ainsi eu l’opportunité de découvrir de nouveaux secteurs : j’ai en effet réalisé mon stage de 3e année au sein d’un domaine viticole de Sauternes où j’ai pu m’exercer à de la communication globale. L’ISCOM m’a également permis de faire de belles rencontres : j’y ai en effet rencontré mon associée, avec qui j’ai décidé de me lancer dans l’aventure de l’entrepreneuriat en parallèles de mes études. Depuis 2017, nous sommes les dirigeantes de l’agence Luna Communication & Design qui accompagne les entreprises et associations dans leur stratégie de communication. 

 

Dans le cadre du stage de 4e année, souhaitant justement rester proche géographiquement de mon associée pour pouvoir assurer la continuité de notre agence, j’ai multiplié les candidatures spontanées dans le Sud-Ouest, notamment auprès du club du Biarritz Olympique. En renouvelant les sollicitudes auprès de la responsable communication de l’époque, j’ai eu la chance de voir ma candidature retenue. C’est ainsi que j’ai fait mes premiers pas au sein de la communication sportive. Grâce à un concours de circonstances et après une interruption de mon stage liée à la crise sanitaire, la Direction du club m’a proposé de convertir mon stage en alternance. Il s’agissait d’un poste très diversifié et qui nécessitait énormément d’autonomie car j’allais devoir tenir seule les rênes du service communication du club. J’ai réfléchi longuement mais ... aimant les challenges, j’ai accepté l’offre.

 

Parlez-nous de votre alternance et de vos missions

 

Depuis le début de mon alternance, je m’occupe en toute autonomie de la communication et du marketing. Mon champ d’action est extrêmement large. Il faut tout de même savoir que le Biarritz Olympique a longtemps fait partie des clubs de rugby les plus reconnus du pays. Il a été plusieurs fois champion de France et a remporté de nombreux titres. À mon arrivée, le club sortait d’une période compliquée après une descente en Pro d2. Des suites du rachat du club en 2017, le Biarritz Olympique connaît aujourd’hui un nouvel essor. Avec l’arrivée de son nouveau président, le club n’a qu’une ambition : remonter en TOP 14. Aujourd’hui, le club a atteint son objectif après un Derby Basque des plus exceptionnels contre nos voisins Bayonnais. 

 

Concernant mes missions, elles sont multiples : elles vont de la création de contenu à la gestion des réseaux sociaux et du site. Je suis également responsable de toutes les relations presse et publiques du club. Je suis donc contactée par les médias pour les interviews de joueurs et j’organise les conférences de presses. 

 

Je réfléchis aux moyens de mettre en avant nos partenaires avec le service commercial (via des événements, des sponsorisations sur les réseaux sociaux etc.). 

 

Je ne manque pas de missions mais c’est ce qui rend mon poste passionnant. C’est dans la création de contenus que je m’épanouis le plus. Je suis au contact de toutes les parties prenantes du club et ce qui a facilité mon intégration.

 

Quel est le projet qui vous a le plus marqué ?  

 

Je dirai que c’est le premier match de championnat sur lequel j’ai travaillé. J’ai organisé ma première conférence de presse, il a fallu gérer les réseaux sociaux, répondre aux médias ... le tout, au même moment. C’était notre premier match victorieux de la saison, ce qui a suscité beaucoup d’émotions et de joie. 

 

Je pourrai également vous livrer quelques anecdotes, notamment liées aux interviews réalisées auprès de certains joueurs étrangers, tous abordables et sympathiques, n’ayant jamais relevé mon terrible accent Gasco-Anglais... 

 

comment avez-vous surmonté Le contexte de la crise sanitaire ? 

 

De manière générale, le club s’est toujours ancré sur une communication orientée essentiellement sur de l’événementiel. Avec la crise, notre mission principale a été de nous repositionner sur une communication digitalisée. Nous partions de loin, d’où la refonte de notre site pour faciliter l’expérience utilisateur de nos différents publics. Il nous a également fallu repenser l’« expérience-stade » pour pallier l’absence des spectateurs dans les tribunes. Nous avons donc décidé de mettre en place un live Facebook d’avant matchs avec nos speakers pour maintenir l’effervescence habituelle. 

 

Le but était de continuer de toucher le cœur des spectateurs privés de stade à cause de la crise sanitaire. 

 

Côté commercial, nous avons également eu l’idée de mettre en place une box en click and collect pour que nos partenaires puissent tout de même bénéficier des produits que nous distribuions habituellement au sein des espaces VIP, afin de les déguster depuis chez eux devant le match. 

 

Auriez-vous un conseil pour les étudiants en recherche d’alternance ? 

 

Ne jamais baisser les bras. Je sais à quel point il est difficile de rester optimiste lorsque l’on essuie refus sur refus. Mais je suis convaincue qu’avec de la détermination, on parvient toujours à ses fins. Pour obtenir cette place au sein du Biarritz Olympique, j’ai sollicité plusieurs fois le club et je n’ai rien lâché jusqu’à ce que l’on me réponde. Pour une intégration sereine et efficace, j’invite également les étudiants à rester observateurs les premiers jours. Il est important d’observer et d’écouter pour bien comprendre le contexte dans lequel on évolue. 

 

Absolument rien ne me prédestinait à gérer la communication d’un club de rugby. Avec de la détermination et de l’observation, j’évolue pourtant aujourd’hui au sein de ce club historique. Après mon alternance, j’aurai peut-être la chance de voir le Biarritz Olympique devenir le plus gros client de notre auto-entreprise et de continuer à travailler à leur côté tout en poursuivant ma volonté d’indépendance. Sans l’ISCOM, sans les rencontres que j’y ai faites et la méthodologie que l’on y apprend, je ne serais pas là aujourd’hui. 

 

 Découvrez l'ISCOM Toulouse

En 3ème année à l’ISCOM Montpellier, les étudiants doivent effectuer un stage de fin d’année en entreprise avec la possibilité de partir à l’étranger. Exceptionnellement, cette année le rythme des stages à l’étranger a été perturbé, obligeant nos étudiants à rester en France. Des étudiants ont ainsi décrochés des stages dans des entreprises prestigieuses mais également dans de grandes agences de publicité.

 

Claire Grosjean, étudiante en 3ème année spécialisation Communication Globale des Entreprises et des marques nous raconte son parcours et son expérience au sein de Havas Paris.

 

J’ai découvert l’ISCOM lors d’un salon de l’Etudiant qui avait lieu près de chez moi alors que j’étais en terminale ES, j’ai donc intégré l’école en 1ère année du programme Grande école dès mon Bac réussi. Je suis aujourd’hui en 3ème année spécialisation COMAL et j’aimerais découvrir le métier de chef de projet chez l’annonceur qui nécessite une vraie polyvalence et c’est ce dont j’ai besoin pour me sentir utile !

 

 

Comment avez-vous trouvé votre stage ?

 

J’ai commencé ma recherche de stage très tôt, au début de l’été 2020. La troisième année étant l’année du stage à l’international, je voulais vraiment vivre une expérience hors du commun qui m’apporterait autant au niveau professionnel que personnel. Avec des amies, nous avons décroché un stage dans une université à Kuala Lumpur mais nous n’avons pas pu partir à cause de la crise sanitaire… Idem pour une opportunité à Saint-Barthélemy. J’ai donc concentré mes recherches sur Paris et j’ai postulé au poste de stagiaire consultant social media et influence chez Havas Paris sur LinkedIn. Très rapidement, j’ai passé un entretien et j’ai été rappelée par l’équipe pour commencer dès que possible !

 Découvrez la troisième année à l'ISCOM

 

Havas Paris, une expérience forte sur le CV :

Parlez-nous de votre poste et de votre agence

 

Je suis stagiaire consultante social media et influence, ça signifie que je suis l’intermédiaire direct entre le client et les influenceurs. Je travaille pour le compte de Samsung France pour toute la durée du stage, en particulier sur le volet smartphone et accessoires tech. Je suis donc en relation avec beaucoup d’influenceurs spécialistes de la tech qui publient du contenu sur Instagram, Youtube et Twitter principalement. Mon rôle est d’imaginer les campagnes d’influence pour chaque produit et de tout mettre en œuvre pour conduire le projet jusqu’au bout. Havas Paris est une très grande agence qui travaille avec de nombreux clients qui sont des références dans leur domaine (RATP, Coca-Cola, KFC…), le compte Samsung France a été remporté par Havas en octobre dernier et l’agence a dédié toute une équipe à ce client dont j’ai la chance de faire partie !

 

Expliquez-nous la différence entre un stage en entreprise et en agence ?

 

Je n’ai pas vraiment d’expérience en entreprise à l’exception de mon stage de première année dans un espace de co-working. Du coup, je ne pense pas vraiment pouvoir comparer les deux mais je pense qu’un stage en entreprise impose une vraie autonomie et polyvalence dans les missions tandis qu’en agence il faut avoir une super capacité d’adaptation pour bien comprendre la demande de chaque client et s’imprégner de son univers. Cela étant, l’expérience est très différente entre une petite et une grande agence ! Idem pour les entreprises j’imagine.

 

Quels sont les atouts pour travailler chez Havas

 

J’avoue que j’ai eu du mal à trouver la réponse à cette question sans tomber dans des qualités «bateau» qu’on aime entendre dans tous les entretiens de stage/embauche ! Du coup, j’ai fait un petit sondage dans l’open space : l’esprit d’équipe est bien sûr LA qualité première, l’autonomie, la rigueur sont les piliers pour assurer une relation de confiance avec vos collègues/clients et ainsi avoir des responsabilités dans son travail. Ensuite chez Havas Paris nous sommes très soucieux de la bonne conduite et les bonnes relations avec les autres, il faut donc être bienveillant et toujours positif ! Le petit plus qui peut faire la différence : savoir jouer au ping pong ;)

 

Un dernier mot pour la route ?

 

Oser ! C’est le meilleur conseil que je peux donner à ceux qui cherchent un stage, une alternance ou un CDI et qui pensent que postuler dans une grande agence est réservé à ceux qui ont déjà beaucoup d’expérience. N’ayez pas peur de vous lancer et de répondre à des offres qui vous plaisent !

 Découvrez l'ISCOM Montpellier

INTERNATIONAL : Mon stage à Tahiti

mardi, 10 août 2021 12:30

Pour leur 4ème année à l’ISCOM Montpellier, nos étudiants ont la possibilité de partir étudier aux Etats-Unis grâce au programme américain. Après plusieurs mois de cours aux Etats Unis, les étudiants doivent effectuer un stage en entreprise, et il arrive parfois que ces stages se passent dans des endroits hors du commun. Cette année, Laurie PETETOT a eu la chance de trouver un stage d’exception d’une durée de 3 mois, puisqu’en effet, celui-ci se passe à Tahiti.

5 CONSEILS POUR PRÉPARER SA RENTRÉE

jeudi, 05 août 2021 14:16

 

Le mois de septembre va bientôt pointer le bout de son nez, et avec lui, la rentrée scolaire ! Pour vous préparer au mieux depuis votre transat sur la plage, après votre stage ou depuis chez vous, voici 5 conseils à suivre avant de (re)venir étudier à l’ISCOM Strasbourg :

 

 

1. SOYEZ CURIEUX

 99 francs

La communication est un milieu où l’on retrouve beaucoup de références à des œuvres artistiques et/ou historiques, notamment dans la création de concepts visuels ou publicitaires. Cette culture ne se fait pas nécessairement à l’école mais peut être accessible n'importe où. Allez visiter des musées, lisez des livres, regardez des films... La culture et le regard créatif peut se façonner de pleins de façons différentes ! Soyez ouvert à tout, cela vous aidera lorsque vous aurez à travailler sur un concept créatif dans le cadre d’un cours ou d’un projet de groupe par exemple. Voici quelques idées qui pourraient vous inspirer :

 

99 Francs : ce film suit Octave, un rédacteur publicitaire travaillant chez Ross & Witchcraft, une agence de publicité. Sa vie se retrouve bouleversée par deux événements inattendus. Il déjante et décide de se rebeller contre le système qu’il a créé en sabotant sa plus grande campagne.

La pub à l’oreille : ce podcast s’est donné comme mission de démystifier les grands enjeux du secteur grâce à un ton accessible et décontracté.

Musée d’Art Moderne et Contemporain : Strasbourg compte plusieurs musées, mais celui-ci reste un incontournable. Vous pouvez également profiter de tarifs préférentiels tout au long de l’année grâce à votre carte étudiante. Petit conseil, allez-y ce mois-ci, l’entrée est gratuite jusqu’à la fin du mois d’août 2021...

Recettes du marketing : dans cet épisode de C’est Pas Sorcier disponible sur Youtube, Jamy, Fred et Sabine (et Marcel) font appel aux outils marketing pour lancer leur propre produit.

 

 

2. RESTEZ INFORMÉ

 

Notre société ne cesse d’évoluer et de vivre des événements marquants. Il est important lorsqu’on veut étudier et travailler dans la communication (ou dans tout autre domaine finalement) de se tenir au courant de l’actualité, qu’elle soit locale ou internationale. Pour cela, plusieurs options s’offrent à vous : regarder les journaux télévisés, lire les journaux, consulter les sites internet d’informations ou encore suivre les comptes Twitter de médias d’informations. Voici quelques exemples de titres à consulter :

 

Stratégies : média spécialisé dans la communication, le marketing, le digital

Agence France-Presse

Le Monde

 pao

 

3. WORK ON YOUR ENGLISH

 

Vous n’êtes pas sans savoir que l’international joue une part importante dans le cursus de l’ISCOM et que vous assisterez à des cours en anglais. Nous vous conseillons de prendre un peu de temps de votre journée pour écouter, lire ou même parler anglais si vous le pouvez. Si vous avez l’occasion de faire un séjour à l’étranger, tant mieux, mais vous pouvez tout aussi bien regarder vos films préférés en version originale sous-titrée ou écouter vos musiques préférées pour en comprendre les paroles. Vous pouvez également utiliser des applications gratuites d’apprentissage comme Duolingo pour faire des petits exercices simples et vous entrainez quotidiennement.

 

 

4. ANTICIPEZ VOS RENDEZ-VOUS PROFESSIONNELS

 

Dans chaque année du Programme Grande Ecole, vous aurez obligatoirement une période de stage à effectuer, plus ou moins longue en fonction du niveau que vous allez rejoindre. Pour ne pas perdre de temps et mettre toutes les chances de votre côté, vous pouvez d'ores et déjà préparer CV, lettres de motivation et faire un repérage des entreprises que vous aimeriez le plus intégrer. Le plus tôt vous serez préparé et vous candidaterez, plus vous vous assurerez une chance d’intégrer l’entreprise de vos rêves. N'hésitez pas non plus à vous créer un tableau de suivi Excel avec les noms des entreprises qui vous attirent et les contacts potentiels à qui vous adresserez votre candidature. Que vous recherchiez un stage ou une alternance en communication, vous pourrez faire appel à l’équipe ISCOM à la rentrée si vous avez besoin d’aide ou d’un avis.

 

 Découvrez le job de vos rêves

 

 

5. SOYEZ VOUS-MÊME

 

À l’ISCOM, nous aimons les personnalités différentes qui n’ont pas peur d’être elles-mêmes. Que vous soyez timide, extraverti, fan de Star Wars ou des Winx, addict du sport extrême ou plutôt du yoga, surtout n’oubliez pas de rester fidèle à vous-même. La communication est faite de toutes sortes de personnes alors autant réussir et briller pour ce que nous sommes. Ne cherchez pas votre place, créez-la sur-mesure. Soyez certain que vous aurez toujours quelque chose à apporter et qu’il n’existe qu’une seule version de vous-même.

 

Nous avons déjà hâte de vous retrouver ! #WeAreISCOM

Le campus ISCOM de Strasbourg propose depuis 2014 le programme franco-allemand permettant d’étudier la communication en trois langues : l’anglais, le français et l’allemand. Jacqueline Gajewski nous raconte son aventure au sein de notre école de communication et les possibilités que ces études lui ont offertes.

Diplômé de la promotion 2020 de l’ISCOM à Strasbourg, Louis Le Nevé revient sur son parcours et nous en dit plus sur sa marque éthique de sous-vêtements haut de gamme, Maison Albert Joseph.

Entre le stage à l’international et l’échange académique possibles au cours de la 3e année à l’ISCOM, Margaux n’a pas hésité une seule seconde. Désireuse de connaître l’expérience de l’auberge espagnole et de suivre un cursus différent, elle a choisi de rejoindre l’une des universités partenaires de l’ISCOM. Elle s’est ainsi envolée pour la capitale de l’Autriche, Vienne. Découvrons dès à présent son expérience !

Diplômée de la promotion 2016 de l’ISCOM Paris en spécialisation Communication et Création Digitale, Elodie De Almeida nous fait découvrir le poste d’International Digital Manager qu’elle occupe chez Groupe Atlantic.

À l’ISCOM Bordeaux, les étudiants de 5ème année du Programme Grande École en spécialisation Influence et stratégies de l’événement ont eu la chance de pouvoir travailler auprès de jeunes associations à l’occasion du “Prix des jeunes associations”, organisé par la Marie de Bordeaux. Un challenge passionnant et enrichissant !

Alizée GRÉAU est actuellement étudiante en 1ère année du Programme Grande École à l’ISCOM Lyon. Originaire de l’Ain, dans le Haut-Bugey, elle effectue actuellement un stage dans un office de Tourisme de son département. Passionnée de sport et d’activités en plein air, elle a trouvé un poste permettant d’associer communication et sports outdoor.

LES GRANDS CHALLENGES DE L’ISCOM LILLE

lundi, 05 juillet 2021 11:48

La professionnalisation des étudiants de l’ISCOM s’articule, entre autres, à travers les challenges et les compétitions professionnelles. Souvent concentrés sur une semaine, ce sont des moments importants et formateurs de la scolarité des Iscomiens.

Marine, étudiante en 5ème année Marque et Management de l’Innovation à l’ISCOM Strasbourg, fait actuellement son année d’alternance au sein d’Europa-Park, un parc d’attraction en Allemagne élu six années consécutives “Meilleur parc de loisirs au monde”. Elle nous partage ici son expérience mais aussi son quotidien et les challenges auxquels elle a su faire face.

L’objectif des étudiants de l’association Travelers c’est de faire partager des moments inoubliables aux étudiants du campus de Lille. Vous êtes passionnés de voyage ? Venez découvrir leurs aventures et leurs futurs projets.

Manon est étudiante en 5ème année à l’ISCOM Toulouse. Dans le cadre de cette dernière année d’études, elle réalise son alternance en sein de la SEMECCEL, société d’exploitation de deux lieux emblématiques de Toulouse, la Cité de l’espace et l’Envol des Pionniers. Elle y occupe le poste d’assistante de communication digitale. Elle nous dit tout sur cette année déterminante pour elle !

Mon stage en communication chez Jeste

lundi, 28 juin 2021 10:21

Actuellement en 4ème année à l’ISCOM Lyon dans la spécialisation Créa360, Lauren Deslarzes revient sur son stage en communication dans l’entreprise Jeste, une marque cosmétique responsable. Après différentes expériences professionnelles dans des domaines et univers très variés, elle souhaitait rapidement se tourner vers des entreprises avec qui elle partageait les mêmes valeurs.

Le concept des micro-agences est propre à l’école de communication de L’ISCOM. Un exercice professionnalisant pour les étudiants qui contribue à la solidité de la formation en communication proposée.

Cadwal, Mathieu et Taïs sont tous les trois étudiants à l’ISCOM Paris. Ils vous font un retour d’expérience sur leur stage de 4ème année effectué au sein de l’équipe de communication de l’ISCOM !

 

La professionnalisation des étudiants dans une école de communication est essentielle. L’ISCOM met en œuvre dans l’ensemble de ses parcours des mises en situation et des temps forts avec des entreprises réelles pour permettre à ses étudiants de se confronter aux réalités du monde professionnel.

Le challenge des « 1ers de la com » est un de ces temps forts du Programme Grande Ecole proposé à l’ISCOM.

À l’école de communication ISCOM Lille, se cache une petite famille d’étudiants remplis de talents prêts à vous faire partager et vivre la passion qui les réunis : la musique. Des concerts, des projets sur des plateformes de streaming ou encore des lives de rap ? C’est ici que ça se passe.

Mon stage en communication chez Sessun

vendredi, 18 juin 2021 10:24

Chaque année et dans le cadre de leur formation en communication, les étudiants de l’ISCOM effectuent un stage obligatoire. C’est l’occasion pour eux de découvrir le monde professionnel et de parfaire leurs compétences.

On ne le répétera jamais assez : la communication est un métier d’opportunités et d’évolution constante. Dans l’optique d’accompagner les mutations du secteur de la communication, l’ISCOM lance son application basée sur le micro-learning, ISCOM Anytime.

Une première confrontation entre les iscomiens et iscomiennes de Lille avec un défi créatif pour le moins actuel ; l’invention et promotion d’une série Netflix. Un challenge mettant en œuvre les prémices de compétences créatives qui permettront d’assurer une formation en communication prometteuse.

Jordan Antunes, étudiant de 3ème année spécialisation Marketing et Publicité à l’ISCOM Montpellier est en stage à Stockholm - Suède pour 6 mois. Il nous raconte son parcours et son expérience.

Composée de 8 étudiants, ArHom’ate est la troisième mini-entreprise de l’ISCOM Lyon. Dynamisée par sa bonne humeur, sa fraîcheur et des valeurs écoresponsables, elle a participé au Festival des mini-entreprises, qui s’étend dorénavant à l’ensemble des associations régionales Entreprendre Pour Apprendre.

Le Bureau des Étudiants de l’ISCOM Toulouse a décidé d’organiser une journée spéciale au sein du campus. Désirant à la fois permettre aux étudiants de se rassembler autour d’un moment convivial et s’engager auprès d’une association porteuse de sens et de valeurs, le BDE a ainsi initié une journée sweat pour l’ensemble des étudiants du campus.

Noémie GARRIGOU, étudiante en 4ème année en Marketing Communication Globale à lISCOM Bordeaux, est actuellement en stage à la Chambre d’agriculture du Lot-et-Garonne. Elle revient sur son parcours scolaire et sa volonté de poursuivre sa formation en communication événementielle.

À L'ISCOM Rouen, le Bureau des Sports (BDS) "La Horde" a été créé. Les étudiants qui se sont portés volontaires pour monter ce projet nous disent tout sur la création de l'association 

C’est une première ! Depuis toujours organisé par ISCOM Paris, Lille a eu le privilège d’organiser le 1er jeu marketing national délégué à une école du réseau. Et c’est sur une problématique de Decathlon que les quelques 600 étudiants des 8 campus de France, réunis dans une centaine d’équipes, se sont exercés. 

À l’ISCOM, nous avons la chance d’accueillir des étudiants aux parcours différents. Cette diversité de personnalité et d’expérience nous est chère et montre bien que la communication est faite pour tout le monde.Voici le témoignage de Célia et Louis, deux étudiants qui nous parlent de leurs parcours mais aussi de ce qui leur plait dans la communication.

Etudiante en 3e année à lISCOM Toulouse, parcours Marketing-Publicité, Julie sest envolée pour Amsterdam pour y effectuer son deuxième semestre. Elle nous raconte tout sur son expérience ERASMUS.

Il y a quelques semaines, l’ISCOM Lille célébrait la remise de titres de ses 92 étudiants sortants de la promotion 2019/2020, 100% en digital

Curieux et motivés, 8 étudiants de 2ème année à l’ISCOM Lyon se sont lancés dans l’aventure des mini-entreprises. Portée par de grandes valeurs, Pollen va prochainement participer au concours d’Entreprendre Pour Apprendre, organisme national qui vise à sensibiliser les jeunes à la création d’entreprise.

Encore sur les bancs de l’ISCOM il y a encore peu de temps, Célia Quardel est aujourd’hui une cheffe de projet accomplie au sein du Groupe Rocher. Elle nous a partagé ses impressions sur l’ISCOM mais aussi quelques anecdotes concernant son parcours professionnel.

Louise a rejoint l’ISCOM Toulouse via les admissions parallèles de 5e année du Programme Grande École. Elle exerce aujourd’hui le poste de chargée de projets innovation au sein du groupe La Dépêche du Midi.

OGMA est une association musicale qui a vu le jour en septembre 2020, à l’ISCOM Lille. Son but est de promouvoir de nouveaux artistes des Hauts-de-France, mais également de partager l’actualité musicale et de divertir autant que possible ses abonnés ! Elle est composée de 8 iscomiens de 1ère année du Programme Grande École.

Lily, étudiante en 2ème année à l’ISCOM Rouen est également auto-entrepreneuse. Elle nous raconte comment elle réussit à concilier les études et l’entrepreneuriat.