Mon échange universitaire en Croatie avec Erasmus

L'expérience Erasmus d'Antoine, étudiant à l'ISCOM Toulouse...

Antoine est étudiant à l’ISCOM Toulouse depuis plusieurs années. Etudiant moteur et travailleur, il a récemment gagné avec son équipe le premier prix des Micro-agences, compétition phare de la 3ème année du programme Grande Ecole. Aujourd’hui, il prend le temps de répondre ànos questions concernant son échange universitaire en Croatie...    

 

Avant de commencer, pouvez-vous nous présenter votre parcours scolaire ?

erasmus antoineJ’ai passé un bac ES dans ma ville natale de Moulins, en Auvergne, avant de prendre la direction de Montluçon, qui se situe dans le même coin. Je suis entré à l’IUT d’Allier pour faire un DUT Techniques de Commercialisation, formation que j’ai arrêtée à la fin de ma première année. J’ai, par la suite, fait mon entrée à l’ISCOM Toulouse pour y suivre un BTS Communication que j’ai validé en juin 2016. L’envie de voyager m’animait depuis longtemps et, au vu de mon niveau d’anglais, j’ai décidé de partir pendant une année scolaire (2016-2017) aux États-Unis, dans une école linguistique, à San Diego - Californie. À mon retour, j’ai intégré le cursus Grande École de l’ISCOM Toulouse en troisième année spécialité Marketing et Publicité. Je réalise à l’heure actuelle mon deuxième semestre à Zagreb, en Croatie, dans l’université de Vern, en "entrepreneurship economics".

 

Pourquoi avoir choisi le monde de la communication ?

Par hasard ! J’ai intégré le "Service communication" de mon IUT sans vraiment l’avoir choisi et c’est en travaillant avec eux, en réalisant des affiches sur Photoshop ou des cartes de visites que j’ai commencé à accrocher avec ce secteur. Lorsque j’ai fait le choix de me réorienter à la fin de ma première année, la communication a été la décision la plus « logique ». Mais c’est seulement pendant mon BTS que j’ai découvert l’aspect stratégique et c’est à ce moment-là que j’ai commencé à m’épanouir.

 

Actuellement, avez-vous des projets en cours ?

Oui, comme toujours ! J’ai toujours vu l’entrepreneuriat comme un hobby, et plus les années passent, plus cela se transforme en passion. L’expérience Erasmus que je suis en train de vivre est une réelle chance dans le sens où je vais utiliser les 5 mois à venir pour réfléchir, monter et affiner au mieux le projet sur lequel je travaille et prendre le recul nécessaire. J’ai d’ailleurs eu la chance de pouvoir intégrer l’incubateur de mon école ce qui me permet de travailler dans des conditions optimales, d’avoir mes propres locaux et d’avoir un tableau blanc !
Vous avez décidé de partir faire un semestre en échange universitaire en Croatie. Pouvez-vous nous en dire davantage sur les motivations à l’origine de ce départ ? Qu’attendez-vous de cette expérience ?
Lorsque cette opportunité m’a été proposée, j’avais déjà commencé des recherches pour un stage dans des pays asiatiques ou sud-américains. J’avais une réelle volonté de repartir à l’étranger. Je n’ai donc pas mis longtemps à accepter, probablement une demi-seconde, car cela correspondait pleinement à ce que je recherchais. Je ne peux pas réellement dire ce que j’attends de cette expérience, si ce n’est celle de créer une multitude de souvenirs. Avant de partir, j’étais motivé à apprendre le croate, mais il s’est avéré que, finalement, l’anglais n’était pas si mal que ça… (rires)

 

Comment se passe votre séjour ? A quoi ressemblent vos journées ? Qu’apprenez-vous sur vous-même ?

Mon séjour se passe très bien, on se fait rapidement à la vie croate ! Zagreb a beau être une capitale, cela reste une ville à taille humaine qui, malgré son processus de reconstruction dû à la récente guerre civile, garde un charme des balkans très prononcé. A cela s’ajoute le coût de la vie qui, comparé à celui que l’on connait en France, est bien plus faible. À titre d’exemple, un repas copieux dans un bon restaurant coûte une soixantaine de Kuna (environ 8€). De plus, l’environnement Erasmus est très présent à Zagreb, beaucoup de choses sont mises en place pour les étudiants comme des excursions ou encore des soirées afin de permettre à tous de se rencontrer.
En ce qui concerne mon université, j’ai cours en moyenne 3 jours par semaine à hauteur de deux cours par jour, mais cela reste très variable. J’ai donc assez de temps libre pour réaliser d’autres choses. C’est ainsi que j’ai intégré l’incubateur afin de continuer à développer mon projet. J’ai également passé un entretien avec l’agence Mc Cann Zagreb dans le but de travailler chez eux sous forme de volontariat.
J’en profite aussi pour voyager dans les Balkans car c’est une région du monde que je ne connais que très peu.
Pour finir, je pense que j’en apprends davantage sur moi-même en écoutant les autres. La richesse des voyages et de ce type d’expérience vient des échanges que j’ai avec les personnes venues des 4 coins du monde. Le choc culturel est pour moi l’une des meilleures leçons de vie. On qualifie souvent ces expériences de "linguistiques" mais c’est avant tout pour moi une expérience "humaine". Et puis, sincèrement, c’est sympa l’avion !

 

Une anecdote à raconter ?

Avec deux amis sportifs, nous sommes allés visiter les ruines d’un château dans les hauteurs de Zagreb en courant. Nous sommes arrivés à la hauteur d’un parc qui semblait être un raccourci. Ne trouvant pas d’entrée, nous avons enjambé la barrière et avons continué notre balade. Après une bonne centaine de mètres, un militaire est apparu et nous a ordonné de sortir (on ne comprend pas le croate, mais vu le ton utilisé, ce n’était pas pour un selfie). Nous avons été accompagnés jusqu’à son poste de commandement et c’est à ce moment-là que nous avons compris que nous nous étions introduits dans le palais résidentiel de la Présidente de la République Croate. Quand je disais que j’étais ici pour accumuler des souvenirs !

 

Avez-vous une idée du métier vers lequel vous souhaitez vous diriger désormais ?

L’entrepreneuriat. Certes ce n’est pas un métier mais c’est ce dont à quoi j’aspire. J’ai toujours aimé créer des choses et surtout les voir évoluer. L’écosystème StartUp, au-delà des clichés, se veut innovant et à contre-courant. C’est un système auquel je crois. Cette notion d’innovation se retrouve aussi dans le monde du marketing et celui de la publicité, alors si je viens à changer de cap professionnellement parlant, je sais que je pourrais très bien m’épanouir dans un métier de ces secteurs, notamment dans la partie stratégique.

 

Quels sont les apports de l’ISCOM Toulouse dans votre parcours professionnel et personnel ?

Dans un premier temps de la confiance, des rencontres ainsi que des opportunités. Notamment en troisième année car les intervenants ont été d’un grand soutien concernant mes projets personnels et professionnels. De plus, si aujourd’hui j’écris ces lignes de Zagreb, c’est parce que l’ISCOM Toulouse m’a offert l’opportunité de pouvoir vivre cette expérience. J’espère sincèrement que les étudiants des promotions suivantes pourront profiter d’une expérience Erasmus comme celle-ci.

 

Quels sont vos plans pour l’année prochaine ?

J’ai l’intention d’intégrer l’ISCOM Paris pour poursuivre mon cursus en 4ème année, de continuer à développer mon projet en ayant un pied dans la capitale, et de faire en sorte de pouvoir repartir lors de ma prochaine période de stage ! L’Asie, peut-être ?

 

En savoir + sur Erasmus à l'ISCOM