Avec l’ISCOM, j’ai une formation solide et concrète

L’expérience ISCOM de Thomas Leduc, ISCOM 2017...

thomas leducThomas Leduc vient d’achever ses études à l’ISCOM Paris. Prochaine étape, la découverte des pays nordiques, pour s’ouvrir à d’autres cultures, vivre de nouvelles expériences et perfectionner sa pratique de l’anglais. Cinq années en école de communication, résumées en 6 questions.

 

 

 

 

 

Si vous commenciez par nous raconter votre parcours en école de communication...

J’ai débuté par un BTS Communication à l’ISCOM à Rouen et j’ai très vite pris goût aux enseignements proposés. J’ai alors décidé de poursuivre mes études de communication en rejoignant le Programme Grande École en 3ème année, au sein de la spécialisation Communication Globale des Entreprises et des marques.
En 4ème année, j’ai intégré la classe pilote appelée ISCOM Grand Paris. Il s’agissait d’une expérience particulièrement stimulante qui conjugue cours à distance depuis Rouen et cours en présentiel à Paris. Un format qui perdure aujourd’hui. Finalement, la technologie parvient à gommer la distance et nous avons beaucoup apprécié ces formats de cours.

 

À quel moment avez-vous affiné votre projet professionnel pendant vos études ?

La diversité des métiers de la communication étant vaste, j’ai saisi chaque opportunité de stages pour découvrir la communication dans différentes structures d’entreprises.
J’ai par exemple débuté par un stage commercial, puis j’ai poursuivi en communication interne chez Orange Business Service.
Ensuite, j’ai rejoint une startup digitale, KooKoo, en tant que community manager, avant de faire mon dernier stage dans une PME chez SYSUN.
L’intégration et la mise en place d’une communication dans un secteur donné me passionne ! C’est pourquoi je me suis épanoui en communication interne en alternance. Je suis curieux et structuré, deux maîtres-mots dans l’aboutissement des projets que j’accompagnais. Par ailleurs, j’ai pu rencontrer de nombreux collaborateurs de différents secteurs pour identifier et valoriser leurs projets.

 

Comment s’est déroulée votre dernière année en alternance ?

Pour ma 5ème année en alternance, j’ai opté pour un programme qui venait d’ouvrir à l’ISCOM Paris, Management des Nouvelles Économies. Je l’ai avant tout choisi car les thématiques m’intéressaient fortement, tout en intégrant une entreprise en alternance. Je dois vous avouer que je ne regrette pas mon choix car ce programme est au cœur de l’actualité. Les enseignements portent sur les différentes économies : circulaires, solidaires, collaboratives, ou encore numériques.
Au cours de l’année, nous avons également étudié les nouveaux modes de travail, en particulier le coworking ou le nomadisme. Et puis, nous avons réfléchi à des sujets très actuels, comme les défis des entreprises libérées ou celles qui s’ouvrent à un management bienveillant.
J’ai fait de belles rencontres, tant humaines que professionnelles : un des architectes mobilisés pour Paris 2024, un réalisateur de film, des startuppers….

 

Sur quels projets avez-vous travaillé chez Axa ?

Mon poste de chargé de communication chez AXA comportait trois missions principales.
La première, communiquer par la rédaction d’articles ou la mise en ligne de pages sur nos projets auprès des Agents AXA France, et ce de manière à ce que l’information soit rapidement accessible et synthétique.
Ma deuxième mission concernait l’animation de la communication auprès des collaborateurs de ma direction ou de directions annexes. Je devais faire connaître et promouvoir nos projets, via les plateformes numériques internes pour développer notre notoriété tant sur le plan opérationnel que stratégique.
Et puis la dernière mission se rapportait à la modernisation de postes de travail et la conduite du changement à l’ère de la transformation digitale chez Axa. Sujet en lien direct avec l’étude des nouvelles économies.

 

En tant que jeune diplômé, quels conseils donneriez-vous à un étudiant qui intègre la 5ème année ?

Ma recommandation, c’est d’être curieux, de s’ouvrir à ce que l’on ne connaît pas, de s’enrichir des échanges interpersonnels. Au cours de l’année, nous avons pratiqué des exercices de management bienveillant où chacun a partagé et confronté ses expériences d’alternance. De plus, l’effectif réduit au sein du cursus Management des Nouvelles Économies est une véritable chance de multiplier les échanges et de sortir du cadre. Pour vous donner un exemple précis, nous avons eu la chance de rencontrer un philosophe d’entreprise qui nous a expliqué sa façon de travailler.

"Aujourd’hui, l’atout d’un CV n’est pas uniquement lié aux études que l’on fait mais également aux expériences personnelles que l’on vit."

 

Justement, quels souvenirs gardez-vous de vos études à l’ISCOM ?

 Il me faudrait beaucoup de temps pour en parler, même pour en faire un bref résumé ! J’ai d’abord aimé la proximité avec les intervenants et l’ambiance de travail. Mais au-delà de la qualité des formations et du professionnalisme des intervenants, j’ai surtout à l’esprit la bienveillance de l’ISCOM envers ses étudiants. Cela m’a profondément marqué à plus d’un titre, notamment parce que la bienveillance permet de se développer personnellement.
Aujourd’hui, j’ai plus d’une corde à mon arc : je peux intervenir sur de la gestion de projets, de la négociation, pitcher devant des investisseurs, créer des sites web, maîtriser les leviers de communication interne, partager ma culture publicitaire.
Désormais, je sais qu’avec l’ISCOM j’ai une formation solide et concrète pour faire de la communication une plus-value indispensable pour impacter nos sociétés positivement !