Région Normandie : repenser la communication avec la fusion

Dans le cadre du rapprochement de la Haute Normandie et de la Basse Normandie, la Région a interrogé les étudiants 3ème année de l’ISCOM Rouen pour mener une réflexion sur un site internet unique destiné à tous les Normands. Christophe Lemétais, gérant d’entreprise et formateur à l’ISCOM, revient sur ce challenge qu’il a encadré...

 

 

 

Pouvez-vous nous résumer en quelques mots les attentes de la région ?

Avec le rapprochement des « 2 Normandie », la Haute et la Basse, la région revoit ses outils de com. Elle a confié à l’ISCOM une réflexion à la fois sur l’arborescence et les contenus d’un site unique destiné à tous les Normands.


Comment les étudiants se sont organisés pour répondre à ce challenge ?

Ils ont constitué 3 équipes de 4/5 étudiants et si chacune a réfléchi de son côté, il y a eu régulièrement des mises en commun et des confrontations. Par exemple, le premier travail a consisté à réaliser un benchmark des sites web de toutes les régions de France. Les 3 équipes se sont réparties le travail puis ont mutualisé leurs recherches. Des grandes lignes se sont dégagées et ont été retravaillées au sein de chacun des groupes.

 

C’est sur la base de ce benchmark que les étudiants ont travaillé sur l’arborescence ?

Oui, ils ont défini 3 points d’entrée, 3 cibles - le citoyen, l’entreprise et le touriste - puis segmenté chacune d’elles. Le citoyen, pouvant par exemple être étudiant, ou chef de famille, ou senior…  Et puis ils ont étudié, pour toutes les populations cibles, les besoins spécifiques. L’objectif étant que l’internaute, quel que soit son profil, arrive à l’info recherchée en 3 clics.
Lorsque l’arborescence a été aboutie, les étudiants ont dû confronter leur vision à la réalité. Ils ont donc réalisé des focus group auprès des cibles identifiées pour valider ou réajuster leurs préconisations puis ils ont travaillé sur les contenus.

En quelques mots, quelles ont été leurs préconisations sur les contenus ?

Les étudiants ont proposé des contenus dans l’esprit rich media ; du contenu rédigé certes mais aussi du son et de la vidéo pour un maximum d’interactions avec l’internaute. L’idée force qui a sous tendu les propositions, c’est d’inviter les Normands à réagir, dialoguer, échanger pour en faire des acteurs/contributeurs du site…Par exemple, une plateforme d’échanges entre citoyens a été proposée dans l’esprit « les astuces, les tuyaux ».

Les étudiants ont soutenu leurs propositions devant la Région…Comment les y avez-vous préparés ?Je leur ai fait passer un premier oral à l’issue duquel j’ai indiqué les points à retravailler puis un deuxième pour validation. J’utilise la vidéo qui est un très bon outil pour débriefer. Je veille à ce que leur discours soit professionnel et orienté client. A ce stade, ils doivent se débarrasser des points théoriques, être efficaces, faciliter la lisibilité de leurs recommandations.

Au final, comment la Région a accueilli les propositions des étudiants ?

La région a apprécié que les étudiants aillent au-delà de ce qui leur était demandé puisqu’ils ont livré un « clef en main »…Ils n’ont pas juste émis des idées, mais fait des recommandations basées sur des études, proposé des actions et un mode opératoire. La région a donc aujourd’hui une vraie boîte à outils dans laquelle elle va pouvoir piocher pour construire son site web.