#ashtag, le magazine réalisé par les étudiants de l'ISCOM Rouen

#ashtag, magazine de 24 pages diffusé à 15000 exemplaires, conçu et réalisé par les étudiants de l'ISCOM vient de sortir.
Jérôme Savoye, directeur de la communication et de l'information de la Ville de Rouen, revient sur ce projet qu'il copilote depuis deux ans...

 

 

 

 

#ashtag est un magazine pour les étudiants du bassin rouennais. Quelle est la réflexion qui a motivé la création de cet outil ?

Il y a quelques années, nous avons fait le constat que Rouen n'était pas perçue comme une" ville d'étudiants" alors qu'elle en accueillait un grand nombre. Il faut dire que les campus se sont implantés en périphérie de la ville jusque dans les années 1980. Les étudiants n'étaient donc pas réellement visibles et les habitants, les associations, les commerçants n'avaient pas forcément conscience de leur présence.
Il fallait donc inviter les étudiants à investir le cœur de la ville, leur donner les moyens de s'approprier Rouen et tous ses espaces, culturels, sportifs...
Et si Rouen est aujourd'hui dans le top 15 des villes préférées des étudiants, c'est parce que nous avons mené une politique active envers cette population en matière d'accueil, de logements, de loisirs.
Le magazine #ashtag participe à cette politique puisqu'il informe les étudiants des bons plans et astuces pour bien vivre à Rouen et il aborde aussi des sujets de fond en lien avec l'actualité régionale.

Pour réaliser ce mag, vous avez fait appel à la Presse Quotidienne Régionale et à l'ISCOM Rouen. Pourquoi avoir choisi ces partenaires ?

#ashtag est un magazine à ancrage local ; il était évident pour nous de le réaliser avec des partenaires qui aient une bonne connaissance de la région et de ses acteurs. Cela devait être un travail d'équipe ! LA PQR, en l'occurrence Paris Normandie, était donc incontournable et les étudiants de l'ISCOM nous semblaient très bien placés pour réaliser un tel outil puisque leur cursus les amène à développer à la fois des compétences de rédacteur et de communicant. Ils ont donc cette capacité à jouer avec les mots, à savoir faire passer des messages : c'est indispensable pour fabriquer un journal.

Comment se sont réparties les tâches pour la "fabrication" du #ashtag?

Les étudiants de l'ISCOM Rouen se sont chargés de la rédaction, de la commercialisation et de la diffusion, ils ont donc approché tous les métiers de la presse et de l'édition. A chaque étape, ils ont été soutenus par leurs professeurs mais aussi par Paris Normandie et la Ville de Rouen. Paris-Normandie les a accompagnés pour la commercialisation des espaces publicitaires et est intervenu en support technique notamment pour la mise en page.
La Ville de Rouen a soutenu l'opération et, aux côtés des rédacteurs en chef de Paris-Normandie (Thierry Rabiller) et de Rouen Magazine (Hervé Debruyne), j'ai co-animé le comité de rédaction. A ce titre, nous avons aidé à la création de la ligne éditoriale et accompagné la production des contenus : définition des angles des papiers, des formats, des styles d'écriture, de l'iconographie....

Quelles sont les innovations du #Ashtag 2014 ?

Ce deuxième numéro fait la part belle à des sujets de fond dits plus sérieux. On trouve par exemple des portraits d'étudiants engagés en politique, un dossier sur l'accessibilité au centre ville. Pour vivre l'ère digitale, une toute nouvelle rubrique dresse l'état des sites et applications astucieuses. Enfin, concernant la forme, les étudiants se sont vraiment approprié l'exercice et ont fait preuve de fluidité dans l'écriture, de créativité dans la titraille, l'iconographie et la mise en page.

Le magazine est diffusé depuis peu. Avez-vous déjà des retours ?

Il est un peu tôt pour en avoir...On est en pleine diffusion mais on note déjà une bonne prise en main. Une étude de lectorat permettra de dresser un bilan avant de lancer le numéro 2015. En tous les cas, nous n'avons pas de retours négatifs et c'est bon signe car ceux là arrivent toujours très vite !

 

Les étudiants de l'ISCOM Rouen avec lesquels vous avez travaillé seront bientôt des professionnels...Quelles sont les perspectives en Haute Normandie pour ces futurs communicants ?

La communication est un métier en perpétuel mouvement, jamais figé il y a toujours des messages à transmettre, des medias à inventer...Le bassin rouennais est un formidable terrain pour cet exercice ! Les problématiques sont nombreuses, sociales, environnementales, culturelles...
Des grands événements rouennais, comme l'Armada, le passage du Tour de France dans la région ou encore des événements d'ampleur internationale comme "Wings for life " sont des rendez-vous passionnants pour des communicants !