Actualité de l'ISCOM Rouen


Retour d'expérience : apprentissage à distance

Maëlle, Elise et Grégoire suivent 50% de leurs cours à distance dans le cadre du projet ISCOM Grand Paris. Premières impressions quelques semaines après la rentrée…

Avec l’ISCOM Grand Paris, on a le sentiment de faire partie d’une aventure, on partage une expérience, on sent bien que ça participe à la cohésion de la classe.

banner student grand paris

Quelles étaient vos motivations pour poursuivre votre cursus au sein d’ISCOM Grand Paris ?

Maëlle : Je n’avais pas les moyens de vivre à Paris, donc ma première motivation était économique. Au sépart, J’avais quelques réserves, notamment peur que les cours ne soient pas suffisamment fluides et que ça gène la concentration. Mais les étudiants qui en avaient fait l’expérience m’ont dit que c’était techniquement au point donc je me suis lancée.

Elise : J’ai fait un stage de 6 mois l’année dernière à Paris, j’ai fait l’expérience des allers et retours entre Paris et Rouen. J’ai trouvé ça fatigant, frustrant aussi car il y a toute une vie après le travail qui m’a échappé. L’ISCOM Grand Paris permet de m’épargner les trajets et l’inconfort que ça engendre.

Grégoire : J’avais tout simplement envie de rester dans ma zone de confort. J’ai mes amis, ma famille à Rouen. L’ISCOM Grand Paris me permet d’économiser sur le logement et de préserver ma vie sociale. Et puis les résultats de la première promo ISCOM Grand Paris m’ont vraiment convaincu que c’était le chemin à suivre !

Le dispositif technologique est-il une barrière pour créer du lien avec les enseignants ?

Maëlle  : Même si la barrière de la technologie finit par tomber, on sent bien que la communication passe aussi par du non verbal. A travers un écran, c’est plus compliqué d’analyser des gestes, des émotions. Donc c’est possible de créer du lien avec ce type de dispositif mais c’est plus long.

Elise : C’est certain qu’un enseignant a pour habitude de se déplacer devant et au milieu de la classe. Là, il est derrière l’écran, beaucoup plus figé. Et pourtant, une relation s’installe petit à petit et aujourd’hui les enseignants nous connaissent, plaisantent, il y a même à distance une forme de complicité.

Grégoire : Je trouve que le dispositif ne change pas grand-chose à nos relations avec les enseignants. C’est évident que les plus chaleureux créent du lien plus vite mais finalement la technologie n’a rien à voir là-dedans, c’est juste une question de tempérament.

 

Vous avez choisi l’ISCOM Grand Paris pour des raisons économiques et de confort…Mais à quelques semaines de la rentrée, constatez -vous d’autres bénéfices liés au dispositif ?

Maëlle : Le silence dans la classe est indispensable pour ne pas parasiter la diffusion, on lutte donc collectivement contre le bruit. C’est vraiment agréable, plus personne ne coupe la parole, on s’écoute, il y a vraiment un sérieux et une implication liés à cette obligation de faire silence.

Elise : On est beaucoup plus autonome, Il faut bien comprendre le cours et les consignes pour avancer seul puisqu’on n’aura pas l’occasion de revoir le formateur dans les couloirs. Et puis toujours pour la même raison, parce qu’on ne peut pas se tourner vers l’enseignant, on se tourne davantage vers les autres élèves, ça engage un vrai travail collaboratif et ça participe à une bonne ambiance de classe.

Grégoire : Avec l’ISCOM Grand Paris, on a le sentiment de faire partie d’une aventure, on partage une expérience, on sent bien que ça participe à la cohésion de la classe

 

Pour aller + loin
Enseignement à distance : le regard d'Olivier Creusy – intervenant au sein d'ISCOM Grand Paris

VISITE VIRTUELLE

Découvrez les locaux de l'ISCOM Rouen
visite iscom rouen

ISCOM ROUEN

24, place Saint-Marc

76000 ROUEN
France

 

+33 (0) 2 35 61 99 60

 

rouen@iscom.fr