Vincent Pillet : "ce qui construit le succès d’une marque, c’est l’expérience utilisateur "

A quoi resemblera sera l’agence de demain ? Comment le digital change la façon de manager et de recruter des collaborateurs ? Eléments de réponse avec Vincent Pillet, ISCOM 2000, co-fondateur de l’agence digitale UserAdgents...

banner user adgents 

Quelle place tient le digital dans le recrutement de vos collaborateurs ?

En ce qui concerne le recrutement, l’utilisation de l’outil digital est centrale pour la phase d’identification comme pour la phase de qualification. Lorsque nous postons nos annonces, nous utilisons des réseaux d’experts, assez confidentiels…L’appel à candidature est pour nous un appel à la communauté. Et lorsqu’il s’agit de qualifier les candidats, on analyse leurs posts sur les réseaux. Par exemple, Le retweet est rédhibitoire, ce qu’on cherche c’est la réflexion personnelle, la vision. Dans nos métiers, on a besoin de personnes qui ont une capacité à ’analyser, à se projeter. A travers les contributions sur les réseaux, on perçoit vite les schémas de pensée.

 

Et en ce qui concerne l’accueil de vos nouveaux collaborateurs ?

Nous remettons un kit d’intégration digitalisé mais l’outil a ses limites et ne remplace pas les relations humaines ! Nous avons la volonté de mettre l’individu au cœur de l’entreprise, ça passe par une relation réelle. Pour tout nouveau collaborateur, il y a un donc petit déjeuner d’intégration pour présenter la vision, les chiffres et faire connaissance avec les équipes de l’agence.

 

Comment organisez-vous les espaces de travail ? Le digital a-t-il un impact sur l’aménagement des locaux ?

Le digital a un impact sur l’espace de travail dans le sens où on peut le déporter, au café, à la maison mais ce n’est pas nouveau. En ce qui concerne l’organisation même de nos locaux, c’est un sujet complexe. Nous avons réfléchi à toutes les configurations, organiser l’espace en fonction des projets, ou des équipes ou des métiers…Finalement nous avons fini par abattre toutes les cloisons pour multiplier les champs de diffusion de l’information. Il faut que l’information circule de façon fluide, rapidement, entre tous. En revanche, chez nous, les collaborateurs n’ont pas de bureau interchangeable, je suis convaincu qu’il faut au travail un bureau attitré, un chez soi pour s’y sentir bien.

 

De quels outils disposent vos collaborateurs pour « faire communauté » ?

On utilise l’outil du moment « Slack » qui est une plateforme de collaboration géniale sur laquelle on peut tout faire, tout gérer, y compris les projets avec les clients…Il y a sur cette plate-forme un fil de discussion pour l’agence où les idées les « coups de gueule » se partagent ; c’est la vie digitale de l’agence ! En revanche, les managers regardent ça de loin, on est là mais on ne participe pas vraiment…Nous ne pouvons pas jouer le rôle de modérateur si nous voulons en faire un outil qui fédère.

 

 

En quoi le design de service a une empreinte sur votre mode de management ?

Le design de service est le cœur même de notre métier…Alors, si on est "usercentric", ce qui est le principe du design de service, on est forcément "collaborateurcentric"…L’écoute, l’attention à l’autre, la capacité de dialogue, la confiance sont, d’après moi, essentiels pour amener les collaborateurs à la réussite. En tout cas, chacun, quel que soit son poste mérite une vraie considération, plus que "collaborateurcentric", j’essaie d’être "humancentric". Mais attention, on est dans le monde du travail et si on trahit ma confiance, il faut bien en mesurer les conséquences !

 

 

Les outils numériques, peuvent-ils faciliter le bonheur au travail ?

Nos collaborateurs sont jeunes, ils construisent leur plan de carrière. Ce qui les rend heureux, ce sont des projets sexy, excitants, qui les font bouger, avancer, rester dans le "pipe" de l’innovation. Ils veulent aussi du confort, pouvoir organiser leur temps de travail comme ils veulent et où ils veulent. En ça les outils digitaux aident. Et puis je pense qu’ils sont heureux s’ils peuvent rester eux-mêmes et un management "humancentric" y contribue sans doute !

 

 

Enfin, un peu de prospective…D’après vous à quoi ressemblera l’agence de demain ? 

L’agence, telle que je l’ai connue dans les années 90, dans son modèle condescendant, donneur de leçon et qui pouvait dire aux annonceurs "je sais ce qu’il vous faut" est complètement dépassée. Maintenant, nous sommes là pour donner une bulle d’air à nos clients, ils peuvent s’appuyer sur nous pour piloter, mettre en œuvre mais dans une logique de co-construction. Nous ne sommes plus là pour trouver des messages mais pour designer des usages, parce que ce qui construit le succès d’une marque c’est l’expérience utilisateur ; uber en est un bon exemple. Nous sommes plus des designers d’expérience que des communicants.
Nous vivons une révolution humaine et le numérique n’en est qu’un outil.
Il nous faut comprendre le monde pour créer les meilleures expériences. Il va donc falloir que les agences composent désormais avec les sociologues, c’est la tendance qui se dessine pour les années à venir.