"Les journalistes d’investigation influencent les marques." par Luc Hermann, réalisateur

Dans le cadre des Lunch & Learn, l’ISCOM invitait Luc Hermann, réalisateur mais aussi co-fondateur et dirigeant de la société de production Premières Lignes spécialisée en journalisme d’investigation.

luc-hermann

À l’occasion des Lunch & Learn, les étudiants de l’ISCOM ont eu le plaisir d’écouter Luc Hermann détailler sa carrière de journaliste d’investigation et de fondateur d’une entreprise de production audiovisuelle, Premières Lignes.

 

À l’initiative de l’émission « Cash Investigation » sur France 2, Luc Hermann est également le réalisateur de « Starbucks sans filtre » qui avait été diffusé sur Arte et comptabilisant plus de 700 000 téléspectateurs.

 

Luc Hermann est revenu sur la difficulté du métier de journaliste d’investigation puisque c’est un métier qui demande un décodage de l’actualité et une analyse précise des informations recueillies. Pour obtenir un résultat qualitatif, les journalistes investiguent durant des mois sur des enquêtes. C’est le cas pour les journalistes qui travaillent pendant un an sur les sujets de l’émission « Cash Investigation ».

 

 

"Avec les spin doctors, réaliser des interviews devient difficile."

Le réalisateur souligne d’ailleurs la difficulté qui existe aujourd’hui pour interroger des dirigeants d’entreprises, des ministres ou des directeurs de grandes entreprises. Les journalistes sont contraints de passer par le filtre des communicants qui contrôlent les discours, les mises en image… Le spin doctor est d’ailleurs un nouveau métier pour désigner un conseiller en communication et en marketing.

 

 

Des techniques sont alors identifiées par les journalistes afin qu’ils accèdent aux interlocuteurs, comme par exemple l’achat d’une action de l’entreprise pour participer à un congrès et interpeller en direct les dirigeants de l’entreprise.

luc-hermann-disney

 

 

"Les journalistes sont source de changement pour les marques"

Enfin, il souligne l’importance des enquêtes menées par les journalistes puisqu’elles sont aussi source de changement. Suite à la diffusion d’un reportage sur les nitrites présents dans le jambon et nocifs pour la santé des consommateurs, une des plus grandes marques de jambon a changé ses produits et vend désormais des gammes de charcuterie markétées « sans nitrite ».

 

Une conférence passionnante relatant des évolutions du métier de journaliste et de l’impact des reportages d’investigation sur l’opinion publique comme sur les décisions politiques et stratégiques.



Comments