Mon alternance en digital chez Chanel : Chloé Maisondieu

Du programme UX Design - Data Marketing à la maison de luxe Chanel...

chloe maisondieu vignetteChloé fait son année d'alternance au sein de Chanel, la maison de haute-couture symbole du luxe à la française. Analyser l’image de marque, décrypter les parcours utilisateurs, comprendre les comportements de chaque visiteur : une diversité de missions que Chloé savoure avec enthousiasme. Et parallèlement à cette expérience en digital, elle reprend chaque semaine le chemin de l’ISCOM Paris pour se perfectionner en UX Design et en data marketing.
Zoom sur son parcours et ses projets.

 

Pour votre 5ème année en alternance à l’ISCOM Paris, vous avez choisi l’UX Design, pourquoi ?

Je suis arrivée en 3ème année à l’ISCOM et dès le départ, j’ai choisi de me spécialiser en Communication Digitale. Au cours d’un stage chez Publicis comme Data Analyst, j’ai trouvé que l’expérience client était un sujet extrêmement stimulant.
En 4ème année à l’ISCOM, nous avons beaucoup travaillé sur les parcours clients, c’est pourquoi l’expérience utilisateur s’est tout naturellement imposée pour la suite de mon parcours.
Et puis choisir ce programme en UX et Data Marketing me permettait aussi d’approfondir ces sujets. J’ai un vif intérêt pour le digital et surtout, pour observer et analyser les données clients.

 

Quelles sont vos missions pour votre alternance chez Chanel ?

Je suis assistante chargée d’études digitales. Je travaille principalement sur la mesure de l’image de marque, sur tous les canaux digitaux, que ce soit par exemple via le social media, le search…Concrètement, je fais beaucoup de social listening, c’est à dire que je suis à l’écoute des réseaux sociaux de la marque, j’analyse la façon dont les internautes en parlent. Mes misions sont variées parce qu’elles intègrent aussi une dimension planning stratégique et bien sûr de l’expérience client.

 

4 jours en entreprise, 1 journée à l’ISCOM. Comment vivez-vous le rythme d’alternance à l’école ?

J’apprécie la souplesse et la disponibilité des intervenants, qui adaptent le rythme des cours et des rendus. Oui, je vis plutôt bien le rythme d’alternance, d’autant plus que c’est agréable d’avoir un break. Et puis toutes les 5 semaines nous avons des séminaires à l’ISCOM ; les sujets sont stimulants et cela nous permet également de nous ré-oxygéner.

 

Justement, pouvez-vous nous parler des workshops thématiques ?

J’ai eu la chance de travailler sur le séminaire dédié à la refonte de la page d’accueil de Disneyland Paris. C’était au cœur de l’UX et de la création, bref, un sujet passionnant. Sur une thématique certes différente mais tout aussi intéressante, nous avons eu un séminaire dédié à la scénographie pour créer une exposition autour du rock au 104. En fait, réfléchir au parcours utilisateur d’un visiteur est un sujet vraiment inspirant. On se met à la pace du visiteur et on s’interroge : quelle expérience j’aimerais vivre ?

 

Un mot pour résumer votre expérience à l’ISCOM ?

Enrichissante. Je suis arrivée en admission parallèle en 3ème année et immédiatement, l’année a été dense, très rythmée. Aujourd’hui, ce que j’aime avec cette alternance en 5ème année, c’est que l’expérience que nous avons en entreprise nous permet de progresser, d’interagir avec autres étudiants de la classe et de se nourrir de nos expériences respectives.

 

Quels conseils donneriez-vous à un étudiant qui souhaite se spécialiser en UX Design ?

Je pense qu’il ne faut pas travailler en silo, il faut être très ouvert à la nouveauté, regarder tout ce qui se fait ailleurs;
L’UX a des terrains d’expérimentations très différents, que ce soit en offline ou en ligne. De mon point de vue, il faut mélanger les expériences et surtout, être très ouvert d’esprit et empathique.



Comments