"Il y a un retour aux métiers du faire" : Nicolas Bard, co-fondateur du fablab Ici Montreuil

Comment le fablab est devenu un lieu d'expression créative incontournable...

Rencontre avec Nicolas Bard, cofondateur du fablab ICI Montreuil. Il revient sur les motivations qui l’ont conduit, avec son épouse, à inventer ce lieu unique, inspirant, stimulant pour tous ceux qui veulent transformer leur passion en business.

"Si j’ai un rêve, c’est plutôt de permettre à un maximum de personnes de faire de leur passion un métier. Si tous les français avaient un job passion, la France serait moins déprimée."

 Nicolas Bard icimontreuil

 

Rappelez-nous ce qu’est le fablab ICI Montreuil en quelques mots, le principe et les objectifs ?

C’est un méga atelier collaboratif et solidaire qui permet à des entrepreneurs du "faire" de lancer et développer leur business… Ces artisans, artistes et designers des industries créatives peuvent démarrer chez nous leur activité puisque nous mettons à leur disposition un parc d’outils et de machines manuels, électroniques, numériques mais aussi de l’espace pour travailler, stocker…et tout ça pour un abonnement mensuel de 250 à 300 €.

 

D’autres fablabs naissent un peu partout en France …Quelle est l’originalité du vôtre ?

C’est un fablab avant tout dédié aux professionnels mettant les savoir-faire manuels et artistiques au cœur de l’innovation… On trouve au sein d’ICI Montreuil un mix de makers composé d’artisans, d’artistes designers, de créatifs numériques. Nous accueillons tous les métiers de l’industrie créative. Ce qui distingue aussi notre fablab, c’est sa taille, 1800 m2 de surface, le plus grand de France.

 

Quelle a été votre intuition pour créer un tel lieu ?

Avec ma femme, nous avons créé ce fablab tout simplement parce que nous voulions un job qui nous rende heureux et que nous n’avions pas envie de voir grandir notre fils dans un monde tout numérique. On dit que le digital favorise l’inclusion, moi je crois plutôt à l’artisanat, à ces métiers qui donnent du sens et qu’on fait avec passion. D’ailleurs, Il y a un retour à ces métiers du faire, c’est fou de voir tout ce qui se crée, des vêtements, des bijoux, des objets connectés ou pas.
Et puis, il ne faut pas oublier qu’on a une vraie culture du faire en France, on est des champions de l’artisanat de luxe. C’est aussi cette exception française qu’on a voulu défendre avec ce fabLab. On parle beaucoup des startups qui sont 100% digital, on ferait bien de regarder aussi ce qui se crée - et qui dure - du côté des industries créatives.

 

ICI Montreuil, c’est un peu l’atelier de la renaissance, on y croise des artistes, des artisans, des techniciens ?

Oui, on pourrait parler de petits Léonards…En fait, les lieux qui nous ont inspirés c’est plutôt ceux du début du siècle dernier comme la Ruche ou le Bateau Lavoir qui accueillaient des artistes, des artisans qui n’avaient pas assez d’argent pour avoir leur propre atelier et qui mutualisaient leurs moyens. Il y avait une vie incroyable dans ces lieux, une mixité mais aussi une solidarité et une exigence. On y croisait des gens exceptionnels comme Modigliani, Picasso...Tous ces génies, ça stimule ! Avec le fablab ICI Montreuil, on veut retrouver cet esprit-là.

 

ICI Montreuil, lieu de création mais aussi d’inspiration et de transmission alors ?

Oui, un lieu d’inspiration parce que c’est une grosse usine artisanale. Les abonnés ont accès à toutes les machines, il n’y a pas de planning, les gens se débrouillent entre eux, se parlent échangent, se croisent, un peu dans l’esprit d’une grosse coloc ! Un lieu de transmission aussi. On a par exemple des ébénistes qui viennent réapprendre avec les plus jeunes qui maitrisent davantage les outils numériques. On peut aussi croiser les disciplines ; un artisan du cuir peut apprendre à travailler le métal. C’est vraiment une communauté d’artistes, d’artisans qui s’entraident.

 

Comment une école comme l’ISCOM trouve sa place dans votre fablab ?

En fait, on voit tous les jours des tas de bonnes idées, des gens qui ont un savoir-faire exceptionnel mais qui ne savent pas les transformer en marque et en business…A l’ISCOM, lorsqu’on a une idée, on pense à la marketer. Voilà l’intérêt de créer des liens avec cette école, on y trouve des jeunes créatifs et déjà dans la logique du business.

 

Vous avez été partenaire du séminaire de l’objet connecté proposé aux étudiants de 5ème année de l’ISCOM…Quel bilan faites-vous de cette opération ? Quelle suite le fablab va y donner ?

C’était vraiment une bonne surprise de voir ces étudiants qui avaient plein d’idées et surtout des projets fabricables.
On a retenu trois objets :
un appareil dentaire connecté pour les enfants,

un bracelet qui permet de se retrouver dans des grandes manifestations

un système qui permet, chez soi, de projeter des hologrammes pour visualiser des objets en 3D. Les équipes qui ont mis au point ces projets vont venir les maquetter chez nous dans l’esprit du fablab, on ne fera pas à leur place, on va juste les accompagner, c’est eux qui feront.


  • Retrouvez tous les articles de ce dossier dédié à la création et la créativité en cliquant sur les onglets.
  • Interview vidéo de Baptiste Clinet, Executive Creative Diretor d'Herezie

    Lire la suite

  • Les conseils de Pierre Clause, expert en créativité

    Lire la suite

  • Le regard de Dina Esteves, experte en branding et créativité

    Lire la suite

  • Faites le test en ligne !

    Lire la suite

  • Les robots seront-ils les meilleurs créatifs ? Par Adam Horne, publicitaire

    Lire la suite

  • Les méthodes de co-design, le regard du doctorant Frédéric Aubrun

    Lire la suite

  • Par le directeur associé de l'agence La Solution, Jean-Charles Espy

    Lire la suite

  • Par le directeur associé de l'agence La Solution, Jean-Charles Espy

    Lire la suite

  • l'interview de Sylvain Cousinard, expert en branding et design thinking

    Lire la suite

  • L'interview de Nicolas Bard, co-fondateur du fablab Ici Montreuil

    Lire la suite

  • L'interview de Catherine Torterat, Directrice de l'Union des couveuses d’Entreprises

    Lire la suite

  • L'avis de Gregory Casper, Directeur de création de l'agence Merlin

    Lire la suite

  • L'expert en créativité Pierre Clause nous donne 8 astuces

    Lire la suite


 



Comments