La communication, une affaire d'image ?

Thierry Wellhoff, président de l’agence Wellcom, était l’un des intervenants du Forum de la communication de l’ISCOM à Paris. Sa conférence "peut-on sauver la communication" permet de revenir en quelques points sur le décalage entre perception et réalités de la communication...

banner communication influence

Rien ne se fait sans la communication

Combien de fois entend-on, "c’est que de la com", en d’autres mots, "c’est pas sérieux".
La communication peut parfois souffrir d’un déficit d’image. Et pourtant, rien ne se fait sans elle.
Quelques exemples pour s’en convaincre à toutes les époques et dans tous les domaines.

Déjà l’Empereur Auguste en avait saisi l’intérêt et commandait à Virgile des poèmes glorifiant l’empire et son rayonnement sur le monde. Un bond dans l’histoire.

Churchill, grand communicant, avait bien compris l’enjeu du discours, peaufinant les mots, et usant de formules chocs à l’image du "Je n’ai rien d’autres à offrir que du sang, de la peine des larmes et de la sueur" à l’occasion de son discours d’investiture au parlement.

Dans les sciences aussi, la communication joue son rôle. D’ailleurs pour obtenir la reconnaissance de ses pairs, on publie des "communications". Cédric Villani, mathématicien, a su redorer l’image des mathématiques grâce à une attitude et un look savamment étudiés.

Les ONG actionnent aussi le levier communication pour sensibiliser l’opinion . L’abbé Pierre martelait "Autant qu’aider, il faut témoigner" et Bernard Kouchner d’ajouter "Sans paroles, sans image, pas d’indignation". On pourrait aussi évoquer le commerce qui partage avec la communication la même racine et que Montesquieu définissait ainsi "L’histoire du commerce est celle de la communication des peuples".

Cette liste non exhaustive met en lumière à quel point la communication est partout et de tous temps, qu’elle n’est pas un ornement accessoire mais bien un outil au cœur des organisations et au service de leur performance.

 

La communication : l’art de l’influence

Assez paradoxalement, la communication accusée d’être superficielle et légère, est aussi accusée d’être manipulatoire. Ce n’est pas la communication qui est en cause mais sa perversion par quelques experts. Certains techniciens, bons techniciens mêmes, peuvent mettre leurs compétences au service des causes les plus laides. La communication n’est pas manipulatoire, elle use d’influence qui est précisément le contraire de la manipulation. Influencer, c’est dire qui on est, ce que l’on veut. On ne peut pas exister sans influence, on en a tous besoin pour construire son opinion. L’influence est généreuse, elle donne à voir, à découvrir, à partager...

 

Alors, peut-on redonner confiance en la communication ?

Si la communication est malmenée, c’est aux professionnels du secteur d’agir sur les bons leviers pour qu’elle retrouve une image à la hauteur des services qu’elle rend : car oui, la communication peut sauver des vies, faire progresser des idées, créer des emplois ! Pour redonner confiance en la communication, les communicants doivent dans leur pratique faire preuve de responsabilité, de sincérité et d’autorité.
Responsabilité car les scandales peuvent arriver quand on refuse de regarder l’impact de ses dires ou de ses faires.
Sincérité car -même s’il ne faut pas tout dire - tout ce qu’on dit doit être honnête.
Autorité car la communication doit augmenter les gens, les faire grandir dans le plaisir de la relation.



Comments