Communiquer sur les violences faites aux femmes : le projet de l'ISCOM Toulouse

Dans le cadre de leur cours "Technologie de l'information et de la communication", les étudiants en 2ème année à l'ISCOM Toulouse ont appliqué leur savoir-faire dans un projet de conception graphique ayant pour thème "La journée Internationale de la Femme". Entretien avec Brigitte Portella, intervenante à l'ISCOM Toulouse en Technologie de l'information et Communication (TIC)...

{/div}

Quel a été le but pédagogique de ce travail ?

Dans un premier temps, le but de ce travail a été de confronter les étudiants aux logiciels de création avec lesquels ils se familiarisent depuis deux ans. Ensuite, les amener à réfléchir sur une problématique qu'ils pourront retranscrire en laissant place à leur créativité.

 

Pourquoi avoir choisi ce thème ?

L'idée du thème est venue peu de temps après le 8 mars, je voulais continuer à connaitre leur façon de travailler sur un projet plus vaste mais aussi découvrir le point de vue des étudiants sur cette journée. De plus, il y une majorité de femmes dans cette classe (seulement 3 garçons), il était donc intéressant de voir ce qui pouvait ressortir d' un sujet aussi fort que « La journée Internationale de la Femme ».

 

Quel a été votre rôle dans la démarche de cette exposition ? (encadrement, conseil, accompagnement...)

J'ai été très sollicitée au début, leurs idées étaient très intéressantes mais restaient conventionnelles et je voulais vraiment creuser leurs façons de penser. Car mon but aussi est de les diriger et de les pousser à chercher plus loin dans leur réflexion, de bousculer leurs esprits, innover pour plus de créativité. Après plusieurs échanges, de nouvelles idées sont apparues plus profondes et provocatrices. J'ai vraiment senti que le thème leur plaisait et ils se sont immédiatement investis dans ce projet.

 

En regardant les affiches, on remarque que beaucoup d'entre eux ont choisi de dénoncer les violences faites aux femmes...

En effet, lors de notre réflexion collective, une partie des étudiants a eu envie de partir sur ce thème mais pas seulement... On peut voir le rapport égalité homme/femme, l'image de la femme, la discrimination de la femme au travail, les rêves de petites filles.

 

Et enfin, y-avait–il des contraintes graphiques à respecter ?

Seulement le thème de la journée du 8 mars et l'utilisation du logo de la journée. Il est vrai qu'il est bien souvent difficile quand on a peu de contraintes de concevoir un travail, les étudiants peuvent alors partir dans tous les sens, sans vraiment savoir quelles en seront les limites. Mais ce sont souvent les projets les plus intéressants et c'est ce que l'on peut voir aujourd'hui avec l'exposition de leurs créations. Les étudiants ont su dans cet exercice montrer leurs visions sur ce thème, développer leur imagination puis concevoir et réaliser leurs affiches.

Le point de vue des étudiants :
Nous avons été motivés immédiatement, on a beaucoup discuté entre nous pour comprendre ce que l'on voulait dire, exprimer sur notre projet.
« Plus ça choque et plus ça attire l'attention ! »



Comments