Communication des institutions : zoom sur le département du Bas-Rhin

Alexandre Bronner, étudiant en 3ème année à l’ISCOM Strasbourg, est en stage au sein du Service Nouveaux Médias du Conseil Départemental du Bas-Rhin. Il partage son expérience...

alexandre-brooner

Vous êtes actuellement en stage au Département du Bas-Rhin. Quelles sont vos missions ?

J'effectue mon stage à la Direction de la communication du Département dans le service Nouveaux Médias. Mes missions sont variées, je m'occupe à la fois de communication interne mais aussi externe. Le Département à plusieurs sites Internet : bas-rhin.fr, pour la communication externe et Iris, le site interne à la collectivité. Je suis chargé de rédiger des actualités pour les deux sites, l'exercice est intéressant car nous n'écrivons pas de la même manière sur les deux supports.

 

Justement, expliquez-nous comment rédigez-vous pour le web ? Sur le site interne, l'écrit est plus professionnel, on utilise des acronymes propres aux différentes missions. Les cibles sont les agents du Département. Ils sont informés des différents événements, des décisions prises, des changements, mais des informations pratiques et des nouvelles nominations internes par exemple. C'est un outil très important pour les agents, il est aussi décliné en application mobile pour avoir accès à différents services lors des déplacements.
Sur le site bas-rhin.fr, la rédaction est informative et moins "technique" (dans le sens où nous utilisons un vocabulaire adapté au grand public). Il faut être vigilant lorsqu'on écrit au nom du Département, ne pas avoir un ton commercial et être neutre lorsque l'on évoque des sujets sensibles comme le travail, les subventions ou encore des décisions politiques.

 

Vous travaillez aussi sur le lancement d’une application mobile. Racontez-nous…Effectivement, la mission la plus importante qui m'a été confiée et qui sera certainement celle que je suivrai jusqu'à mon départ est la participation au lancement d'une nouvelle application du Département. Mais j'ai aussi de belles missions qui m'attendent pour la suite de mon stage à la DirCOm, comme par exemple "La semaine de l'internet" pour les assistants familiaux, une semaine de formation aux outils du Web et aux réseaux sociaux.
Je vais devoir, avec le soutien de Marta Jacques, ma responsable et tutrice, organiser les ateliers et animations. Il y aura aussi le "Workshop de la DirCOM", surprise pour le moment, je ne sais pas encore ce que je concocterai à mes collègues pour cette journée.

 

Concrètement, comment se passe le lancement d'une application mobile ?Je fais parti de l'équipe projet et suis un des seuls collaborateurs à avoir la main sur le back-office de l'application. Je participe aux réunions pour l'ambiance graphique de l'application qui a été confiée à un prestataire extérieur, je suis en train de rédiger les étapes des tests en collaboration avec mes collègues de l'informatique et donne mon avis sur l'organisation de l'interface utilisateur et rédacteur. Je serai aussi en charge de rédiger un mode d'emploi du back office. En parallèle des tests et des aspects techniques de l'application, je suis aussi en charge de réaliser un plan de communication pour le lancement de l'application prévu cet été.

 

Quelles étaient vos motivations pour ce stage ?

J'ai toujours travaillé dans des entreprises privées et mes premiers stages depuis mon arrivée à l’ISCOM Strasbourg on aussi été effectués dans le privé. J'ai été curieux de voir quelles seraient les différences de travail et d'organisation dans le domaine public. Entrer dans une institution comme le Département m'attirait pour deux raisons. La première est ma rencontre avec Hervé Gaudin, Directeur de la communication, lors d'une conférence de presse à laquelle j'avais participé pendant mon premier stage dans l'agence de communication Candide. J'avais été séduit par le ton et le discours moderne qu'il avait ce jour là, j'avais envie d'intégrer son équipe. Et me voilà ! La seconde raison, c'est celle de me sentir utile pour la collectivité et de travailler pour elle, pour les bas-rhinois, en les informant et en leur rendant service.

 

Qu’est-ce que ce stage représente pour vous aujourd’hui ?

Une réussite. J'avais fait le souhait il y a trois ans de venir au Département pour un stage et aujourd'hui grâce à ma volonté et à l’ISCOM Strasbourg j'y suis pour six mois. Je sais que je sortirai grandi de cette expérience : ça fait un peu cliché de dire cela mais c'est une chance de pouvoir rencontrer autant de profils, de compétences et de talents. Lorsqu'on aime le contact avec les personnes, qu'on est curieux et qu'on s'intéresse aux autres, que demander de plus !

 

Vous allez poursuivre votre cursus en 4ème année à Strasbourg, qu’aimez-vous le plus dans votre école ?

Le professionnalisme. L’ISCOM Strasbourg propose quelque chose d'unique, la professionnalisation de ses élèves, nous rencontrons des professionnels de la communication au quotidien, les intervenants sont des spécialistes dans leur domaine et ont tous une activité en parallèle. Cela nous permet d'étudier des cas réels, de réfléchir et de se creuser la tête sur des sujets actuels et concrets. Les challenges et missions professionnelles sont de véritables demandes, et souvent celles-ci se concrétisent. C'est agréable de savoir qu'on ne travaille pas pour rien, que des entreprises, associations ou institutions nous font confiance et utilisent le fruit de notre travail d'équipe.

 

 

Quels conseils donneriez-vous à un étudiant qui souhaite passer le concours de l'ISCOM ?

Le savoir-être. Pour moi, c'est une qualité primordiale pour quiconque souhaite travailler dans le secteur de la communication. Être correct, savoir se tenir en société mais aussi pendant les cours. C'est une marque de respect pour les intervenants et pour ses camarades de classe. Je dis souvent que le monde est petit et qu'un jour ou l'autre on peut se retrouver face à une personne qu'on aura croisé lors d'une conférence, dans une salle de classe ou pendant un stage.
Être curieux. S'intéresser au monde, à l'actualité, aux nouvelles technologies, à l'art, la politique... C'est un des premiers conseils que l'on donne aux élèves de l’ISCOM. Soyez curieux ! Et même si on ne partage pas les mêmes opinions ou les mêmes goûts, il faut savoir prendre du recul et analyser la situation. Il faut avoir une bonne culture générale, c'est une qualité recherchée et attendue des professionnels de la communication.
Osez ! Ne pas avoir peur, foncer et croire en ses compétences. Lorsqu'on entre à l’ISCOM on n’est pas seul, il y a les camarades et l'équipe pédagogique qui sont là. C'est un travail d'équipe pour notre avenir.



Comments