Soirée marketing du vin à l'ISCOM Toulouse

L'école du vin de Bordeaux et l'ISCOM Toulouse se sont associés pour un événement agitateur de papilles lors duquel les étudiants ont pu découvrir le vignoble bordelais sous forme d'ateliers entre initiations et dégustations...

 

wine-toulouse-iscom

Des terres, aux vignobles en passant par les cépages jusqu’aux étiquettes à la mise en bouteille, rien n’a été laissé de côté pour découvrir le vin et ses secrets...

Comment marketer le vin de Bordeaux ?

Sur la région bordelaise, le vin est un des premiers secteurs créateurs d’emplois, on compte une personne sur onze qui travaille dans ce milieu. Cependant, dixit Valérie Danan, œnologue/formatrice : "on sait produire mais on ne sait pas toujours vendre", d’où une place importante de la communication dans ce secteur.
Elle décrit ainsi la chaine qui permet de décliner la communication autour du vin, de l’importance du graphisme, du marketing, de la publicité, des relations presse et bien sûr de l’évènementiel qui ne manque jamais de ponctuer cette belle aventure du vin jusqu’à nos verres !
Si cette terminologie  est parfaitement connue  des étudiants, celle inhérente au vin et ses mystères l’est moins.
L’initiation  permet donc  d’apprendre à mettre des « mots » sur des perceptions, des impressions car on ne goûte pas tous les vins de la même façon et la dégustation respecte trois phases : visuelle,  olfactive et gustative.

La dégustationEtape 1 : La vue Entre saumon, jaune vert, rosé, jaune pâle, ambré, rouge rubis ou rosé framboise, les vins de bordeaux  offrent un arc en ciel de couleurs, de quoi remplir toute une palette ! Il s’agit de regarder, d’apprécier la couleur du vin et ses reflets.

Etape 2 : Le nezL’olfaction amène à déterminer les arômes qui se dégagent du vin. Avant même de goûter le vin, des mots se bousculent en tête pour retranscrire ces odeurs : fruits rouges, épices, café, miel, caramel …  Après cette première impression, ce « premier nez » qui consiste à sentir rapidement le vin une première fois, il faut passer au « deuxième nez » et  l’on fait  tourner le vin dans son verre. On lit immédiatement de l’étonnement sur les visages, l’arôme a évolué et s’est transformé.

Etape 3 : La boucheL’initiation gustative permet de définir l’équilibre du vin, d’en connaitre la matière dite « le corps » en langage œnologique. Cette dernière étape a pour but aussi de découvrir un lexique permettant  de définir précisément les différentes sensations gustatives perçues en bouche.

Un atelier qui a fait fort impression aux étudiants, ravis de la belle intervention de l’œnologue et formatrice Valérie DANAN de l’Ecole du Vin de Bordeaux.



Comments